Quand la 3D s’invite dans nos assiettes

L’impression alimentaire représente une manne pour les industriels, au premier rang desquels les grands groupes agroalimentaires, les fabricants d’imprimantes et d’électroménager, mais aussi l’armée et l’aérospatial. Certains en explorent déjà tous azimuts les potentialités.

Les avantages de cette technologie ? Elle permet de stocker un maximum de repas en un minimum de place et prolonge la durée de vie des aliments (jusqu’à 30 ans). À l’échelle mondiale, elle pourrait contribuer à remédier aux pénuries alimentaires tout en réduisant les déchets. La 3D a tout bon !

Le fort potentiel de personnalisation de l’impression culinaire ne manquera pas de séduire les familles. Faire des crêpes à l’effigie des bambins, créer des gâteaux en forme de flocons de neige… Formes et tailles déclinables à l’infini : tout est permis. Sans compter que la liste des « plats » qu’elle permet de concocter ne cesse de s’allonger (pizzas, chocolats, gâteaux… ).

Concrètement, le procédé est simple : il suffit de fournir la matière première à l’imprimante sous la forme de capsules remplies d’ingrédients frais – des cartouches d’encre alimentaires – la plupart en inox, lavables et réutilisables. Les aliments utilisés doivent être réduits assez finement pour être travaillés. Plusieurs modèles d’imprimantes sont déjà sur le marché, néanmoins à des prix encore élevés.

>> Lire l’article sur le blog d’Ilimake

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s