Karine Babaloni, Diplômée du BTS Opticien-Lunetier, ISO Toulouse, Opticienne au Canada 

« Mon travail au Canada me plaît énormément, d’autant que les opticiens français y sont très appréciés. »

Diplômée du BTS Opticien-Lunetier, Karine Babaloni a quitté la France il y a quelques mois pour partir travailler à Trois-Rivières, dans la partie francophone du Canada. Après avoir décroché son équivalence pour exercer dans la Belle Province, elle est aujourd’hui très sollicitée, étant l’une des seules opticiennes du magasin sur 12 employés. Rencontre avec une passionnée d’optique et de voyages.

L’optique et le voyage, deux passions naissantes

Après un bac STI génie mécanique, Karine Babaloni entre en école d’ingénieur, mais cette voie ne la satisfait pas. Elle interrompt ses études au profit de « petits boulots ».

Porteuse de lunettes depuis son plus jeune âge, elle connaît bien l’opticien de la famille qui lui fait alors découvrir le métier et lui en fait apprécier tous les aspects. Suite à ces échanges, elle se réoriente vers l’optique à l’ISO Toulouse, où elle intègre la classe préparatoire durant 4 mois puis le BTS Opticien-Lunetier dès la rentrée de février. « J’ai apprécié de pouvoir valider ma première année d’optique en quelques mois seulement grâce à ce cursus en accéléré », déclare la jeune femme.

Une fois diplômée, elle poursuit son cursus avec un DU d’optométrie en alternance et s’envole pour 6 mois aux États-Unis à la faveur d’une opportunité personnelle. À son retour, sur la proposition d’un enseignant de Licence qui avait pour projet de faire un voyage à l’étranger, elle prend la gérance provisoire de son magasin spécialisé dans les verres de contact – 2 mois à ses côtés, suivis de 3 mois en totale autonomie. Une expérience qui lui plaît beaucoup !

Beaucoup de travail mais peu de stress 

Changement de vie en perspective ! Emballée à la lecture d’une offre de poste publiée sur Facebook, elle saisit l’opportunité de partir travailler pour une enseigne canadienne à Trois-Rivières, près de Montréal. Après un entretien à distance avec le directeur général de l’entreprise, elle obtient en 3 semaines son visa pour le Canada. « Mes motivations étaient d’abord personnelles : je souhaitais continuer à voyager et découvrir un pays que je ne connaissais pas. »

À son arrivée, elle entreprend de passer l’équivalence du diplôme d’opticien, une étape nécessaire pour exercer son métier au Canada. En 2 mois, elle suit 45 heures de cours de contactologie et 5 heures de déontologie afin de décrocher le précieux sésame. « Au début, je ne pouvais ni faire d’ajustements, ni prendre de mesures car j’avais un poste de conseillère avec pour unique mission d’orienter les clients sur le choix de leur monture », explique-t-elle.

« Les opticiens français sont les bienvenus au Canada ! » 

Désormais l’une des seules opticiennes de son magasin, Karine est très sollicitée notamment pour les prises de mesure. Son nouvel environnement de travail lui plaît énormément : elle travaille beaucoup mais sans stress car « les Canadiens sont faciles à vivre et adorent les Français. Nous sommes d’autant mieux accueillis ici que le pays souffre d’un déficit d’opticiens. Trois de mes amies et collègues dont 2 rencontrées à l’ISO Toulouse sont d’ailleurs en pleines démarches pour me rejoindre ».

L’exercice du métier d’opticien est assez différent de la pratique en France: ni mutuelle, ni sécurité sociale ; des ventes « plus rapides et plus faciles ». De plus, « la plupart des Canadiens prennent soin de leurs yeux, recherchent des équipements optiques de qualité et y mettent le prix ».

Côté formation, Karine souligne une différence notoire entre les 2 pays : l’optométrie est très peu enseignée au pays des Caribous. « En France, nous sommes beaucoup mieux formés sur cette dimension de l’optique, connaissons mieux les problèmes visuels et savons mieux les expliquer aux clients ».

Une nouvelle vie commence 

Montréal, Québec, Boston… La jeune femme en profite pour voyager quand elle le peut. À Trois-Rivières, elle profite des nombreux parcs et de la nature omniprésente. « La vie est tranquille ici. La population, assez âgée, a les moyens de bien vivre. Mon nouveau cadre de vie est super. Et même l’hiver, à -40 °C, il y a plein d’activités à faire. Le seul bémol est que je m’enrhume plus souvent ! », dit-elle en souriant.

« Pour l’avenir, j’aimerais bien rester au Canada, y devenir directrice de magasin, monter ma propre entreprise ou bien rester à mon poste actuel. En fait, je profite surtout du moment présent ! » Avec son permis de travail Jeunes Professionnels, Karine peut rester 2 ans au Canada. D’ici janvier prochain, elle pourra lancer les démarches pour obtenir sa résidence permanente.

« Je garde un excellent souvenir de mes années à l’ISO. L’ambiance avec les enseignants et les élèves était géniale, tout comme les enseignants qui m’ont vraiment donné envie de travailler. » Des bancs de l’ISO à son expatriation au Canada, Karine a suivi sa voie vers l’épanouissement.

> Retrouvez la success story sur le site de l’ISO

L'Institut Supérieur d'Optique forme depuis 30 ans les experts des 
métiers de l’optique.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s