Dix œuvres d’art à voir à Paris

Les 10 tableaux et installations artistiques que nous vous présentons ici figurent parmi les plus célèbres au monde – à voir au moins une fois dans sa vie. Attention chefs d’œuvre !

1. La Joconde, de Léonard de Vinci

Nul besoin de présenter Mona Lisa : qu’on l’aime ou pas, c’est sans doute le tableau le plus connu dans le monde. Se frayer un chemin au milieu des objectifs des touristes relève de la performance. Mais à force de jouer des coudes, vous réussirez peut-être un jour à percer le mystère de cette grande dame – qui sait ?

Où la rencontrer : au Musée du Louvre.

2. Impression, Soleil Levant, de Claude Monet

Tout en jeux de lumière et en contrastes de gris et d’orangés, cette toile qui représente l’ancien avant-port du Havre au lever du jour n’est rien moins que le chef d’œuvre le plus représentatif de l’impressionnisme. C’est également la toile la plus emblématique de Monet.

Pour admirer ce bijou : direction le Musée Marmottan-Monet.

3. La Vénus de Milo

Majestueuse, altière, superbe… Mais où sont passés ses bras ? Figurez-vous que cette sculpture grecque qui pourrait représenter la déesse Aphrodite fut trouvée dans le sol par un paysan grec sur l’île de Milo. Au moment de sa découverte, ses bras manquaient et, à part quelques retouches minimes, elle a été laissée intacte. C’est l’un des chefs d’œuvre les plus connus du musée et son plus beau joyau d’art grec.

Pour la voir grande nature : on file au Musée du Louvre.

4. Les Nymphéas, de Claude Monet

Ce tableau vous est sans doute tout aussi familier que les œuvres que l’on vient de vous présenter, mais l’avez-vous déjà vu en vrai ? Présentée à 360° dans 2 pièces ovales dédiées du musée, l’œuvre complète est composée de 8 panneaux qui figurent les 4 saisons. Pour prolonger la visite, on vous recommande de visiter l’ancienne demeure de Monet à Giverny, entourée de son magnifique jardin d’eau d’où le peintre a réalisé ce tableau. À prévoir pour un prochain week-end de printemps.

Où admirer ce tableau : au Musée de l’Orangerie, dans le jardin des Tuileries.

5. Le Penseur, d’Auguste Rodin

Cette sculpture en bronze de Rodin représente un homme au corps nu et musclé, en pleine méditation. Plus précisément, elle figure Dante, l’auteur de La Divine Comédie, méditant sur son œuvre. Conçue à l’origine pour La Porte de l’Enfer, elle est devenue une œuvre autonome et monumentale, avec quasiment 2 m de hauteur. Une des sculptures les plus célèbres qui soient.

Où contempler ce colosse : au Musée Rodin.

6. Le Déjeuner sur l’herbe, d’Édouard Manet

Un scandale ! C’est l’effet que produisit cette scène champêtre lorsqu’elle fut présenté au public en 1863. Ce qui choquait tant ? Le sujet, un nu féminin entouré de deux hommes en costume. Avec cette toile, Manet signe une œuvre provocante en forme de manifeste, et sans doute le premier tableau moderne.

Pour redécouvrir cette toile : direction le Musée d’Orsay.

7. Le Bal du Moulin de la Galette, de Jean Renoir

Ce tableau dépeint un dimanche après-midi typique au Moulin de la Galette, dans la quartier de Montmartre, à la fin du 19e siècle. Les ouvriers ont coutume de s’y donner rendez-vous pour danser, boire et manger. Observez les effets de la lumière, mais aussi le mouvement et la joie qui transparaissent ! Assurément un autre chef d’œuvre de l’impressionnisme.

Où admirer cette scène de vie : au Musée d’Orsay.

8. La Fontaine Stravinsky, de Niki de Saint Phalle et Jean Tinguely

Avec ses 16 sculptures mécanisées, noires ou colorées, sirènes pulpeuses et oiseaux de feux, toutes animées par des jets d’eau, la fontaine Stravinsky (dite aussi fontaine des Automates) attire l’œil des passants du quartier de Beaubourg. Sonore, ludique et toujours en mouvement, elle apporte une note de joie et d’exubérance dans le paysage urbain.

Où voir cette fontaine surréaliste : place Igor Stravinsky, à côté du Centre Pompidou.

9. Les colonnes de Buren, de Daniel Buren

Les Deux Plateaux, mieux connue sous l’appellation des colonnes de Buren, est une installation à ciel ouvert tout en marbre noir et blanc et ornée de rayures verticales, classée monument historique. Avec ses 260 colonnes tronquées présentées comme sur un damier, cette œuvre urbaine de 3 000 m² nous invite à jouer et à retrouver notre âme d’enfant : on peut y grimper, y prendre la pause et investir le lieu à notre guise. Un pied de nez à l’architecture classique du Palais Royal.

Où retrouver cette installation contemporaine : dans la cour d’honneur du Palais Royal.

10. La Chambre de Van Gogh à Arles, de Vincent Van Gogh

Dans une lettre envoyée à son frère Théo, Vincent Van Gogh s’explique sur son intention en peignant ce tableau : « Les murs lilas pâle, le sol d’un rouge rompu et fané, les chaises et lit jaune de chrome, les oreillers et le drap citron vert très pâle, la couverture rouge sang, la table à toilette orangée, la cuvette bleue, la fenêtre verte… J’avais voulu exprimer un repos absolu par tous ces tons divers. » On est fasciné par les perspectives troublantes de cette toile.

Où visiter La Chambre de Van Gogh à Arles : il existe 3 versions de ce tableau : la 1ère est au Musée Van Gogh à Amsterdam, la 2e à l’Institut d’Art de Chicago et la 3e au Musée d’Orsay à Paris.

>> Lire l’article sur le Blog des Éditions Leconte

À Saint-Nazaire, Jeppe Hein fait tourner les têtes

Lieux culturels incontournables de Saint-Nazaire, le LiFE et le Radôme, exposent l’installation de l’artiste danois Jeppe Hein sobrement intitulée « Distance », qui interroge le rapport entre l’œuvre et le spectateur. À voir jusqu’au 5 octobre.

Une forme spectaculaire s’élève en majesté dans le hall du LiFE : c’est un mélange d’art, d’architecture, de design et peut-être même de danse. Une forme mobile empruntée à l’avant-garde minimale américaine des années 60 et 70.

Graphique et monumentale, cette sculpture de l’artiste danois s’apparente à une chaîne de montage industriel, ou bien des rails de montagnes russes. Surprise ! En s’approchant, un ballet mécanique se joue sous nos yeux intrigués : nous assistons à la mise en mouvement d’une balle immaculée sur le ruban de métal. Loopings et boucles vertigineuses, l’objet suit mécaniquement les arabesques de la sculpture d’acier. Et ce spectacle recommence à l’arrivée de chaque nouveau spectateur. Le secret de cette mise en mouvement soudaine ? Un système de capteurs, présent dans de nombreuses œuvres de l’artiste.

Cette installation de Jeppe Hein interroge la distance qui nous sépare de l’œuvre d’art. Elle propose une vision de l’architecture comme expérience du mouvement et de la gravité, deux notions au centre de sa réflexion. Faire participer le spectateur et déjouer ses attentes : voilà une œuvre qui ne vous laissera pas indifférent.e ! Redimensionnée dans une version king size pour s’adapter aux proportions du LiFE, cette œuvre interactive interroge aussi le rapport de l’art avec les lieux d’exposition.

Le LiFE et le Radôme, incontournables sur la scène culturelle nazairienne

Le LiFE (un ancien abri destiné aux sous-marins de combat) remplit sa promesse d’offrir à Saint-Nazaire une programmation culturelle riche et variée : expositions, installations, concerts, spectacles… Ce n’est qu’en 2007 que le LiFE a défini son identité actuelle, reconverti en un lieu culturel dédié à la création contemporaine. Une scène d’expérimentation, de rencontres et de découvertes à découvrir dans la ville de Basse-Loire.

L’exposition de Jeppe Hein se poursuit sur le toit de la base des sous-marins, au Radôme. Au programme : des vidéos de l’artiste et des ateliers d’art plastique destinés aux enfants (en accès libre).

Une exposition pour toute la famille

Les idées d’ateliers ne manquent pas pour prolonger la visite de l’exposition – et éveiller les enfants à l’univers artistique : conception de labyrinthes, de machines à voyager dans le temps, d’une ville-machine… Les ateliers « Arts plastiques » accompagnent nos têtes blondes (5-12 ans) dans la visite de l’exposition et leur proposent des expérimentations plastiques en lien avec l’exposition.

Quant aux scientifiques en herbe et aux curieux de tous âges, les ateliers scientifiques et techniques des « Petits Débrouillards » leur proposent d’explorer les liens entre art et science. Suite à ces expérimentations, les participants sont invités à créer une machine en 2D, qui sera mise en mouvement le 28 septembre, à l’occasion de la Semaine de la Science.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

LiFE
Base des sous-marins – alvéole 14
Boulevard de la Légion d’Honneur
44600 Saint-Nazaire

> Retrouvez l’article sur le blog local de Cartidge World

Cartridge World est le leader mondial de la vente et recharge de 
cartouches jet d'encre et laser d'imprimantes.
%d blogueurs aiment cette page :