BMO : l’apprentissage du savoir-être au service de l’entreprise

Le Bachelor de Manager en Optique (BMO) forme les futurs managers et entrepreneurs du secteur de l’optique. À la suite du BTS Opticien Lunetier, le BMO, année de formation supplémentaire en alternance (bac+3), complète les apprentissages théoriques et techniques en développant les capacités managériales et le savoir-être des opticiens diplômés. Outre les enseignements incontournables en management, marketing, vente, négociation et gestion, ce cursus à haute valeur ajoutée fait la part belle aux soft skills, également appelées compétences humaines et relationnelles. Le savoir-être, une compétence indispensable aux futurs managers.

Des acquis techniques à l’apprentissage du savoir-être

Le BMO à l’ISO s’adresse aux diplômés de BTS Opticien Lunetier qui se destinent à un poste à responsabilités dans le secteur optique : futurs responsables d’équipe ou de magasin, responsables régionaux, chefs de secteur… Ces professionnels de l’optique seront appelés à diriger un magasin et à encadrer des équipes.

Une fois le socle théorique et les compétences techniques intégrées lors du BTS, les étudiants doivent ainsi se doter de qualités individuelles afin d’adopter une attitude professionnelle et une posture de leader. Tourné avant tout vers le savoir-être, le BMO favorise l’apprentissage d’un management humain.

C’est aujourd’hui la seule formation en France qui prépare des profils de managers correspondant aux attentes spécifiques du marché de l’optique. Ce cursus apporte une réponse concrète aux besoins des entreprises et accroît fortement l’employabilité des opticiens diplômés.

Management et savoir-être : des modules diversifiés

Les modules de développement personnel et de leadership incluent, entre autres, la connaissance de soi, de l’entreprise au sens humain et du collectif en général, ainsi que l’épanouissement et le professionnalisme. Ils permettent de développer l’intelligence relationnelle et émotionnelle, c’est-à-dire l’attention aux collaborateurs, la fiabilité, l’ouverture d’esprit, ainsi que la capacité d’innovation et d’adaptation dans les relations BtoB et BtoC.

Le BMO permet également d’apprendre à mieux connaître le marché de l’optique, être apte à la prise de décision et à l’anticipation.

Les cours sont assurés par des intervenants de haut vol : dirigeants de grands groupes optiques, professionnels du secteur et enseignants de grandes écoles de commerce et de management.

Des diplômés opérationnels, formés par la pratique

Résolument tourné vers l’opérationnel, le BMO accorde une place majeure à la pratique et mise sur un apprentissage qui vise à transmettre aux étudiants un large éventail de compétences managériales, qu’ils peuvent mettre en œuvre parallèlement en entreprise.

Business games, jeux de rôles, travaux personnels et en groupes, études de cas, conférences suivies de débats… Autant de formats pédagogiques qui placent les étudiants en situation professionnelle tout au long de l’année. Résultats : des diplômés opérationnels, autonomes et réflexifs.

« Un accélérateur de carrière » – les diplômés témoignent

« Le BMO m’a permis de me différencier et de gravir plus rapidement les échelons en entreprise », Wasfi Kaddouri, Directeur Adjoint d’un magasin GrandVision France

De la formation et de l’alternance Wasfi ne garde « que des bons souvenirs ». « Ce cursus m’a fait évoluer, je suis devenu plus mature », indique-t-il d’emblée. Orienté vers le BMO pour « se différencier dans un secteur optique très concurrentiel », Wasfi a particulièrement apprécié la qualité et la diversité du programme, des intervenants et des échanges, qui ont considérablement enrichi son approche managériale. « J’ai beaucoup aimé les prises de parole, les mises en situation et les exercices très concrets. Les business games donnaient du sens à ce que j’apprenais tous les jours. L’ensemble des cours se révèlent aujourd’hui très utiles dans ma vie professionnelle. »

Wasfi connaît une success story : lors de son alternance, il remplaçait déjà sa directrice adjointe, partie en congé maternité. À peine diplômé, Wasfi a décroché un CDI et pris officiellement la place de sa supérieure, devenue elle-même directrice du magasin. « Le BMO et l’alternance ont accéléré mon évolution professionnelle » – ce qui a même créé des émules parmi ses plus anciens collaborateurs. « Désormais, je suis plus à l’écoute, plus ouvert au débat et plus compréhensif – des qualités nécessaires à un bon manager. » Il se considère aujourd’hui comme « un guide porteur de sens, qui indique aux collaborateurs où aller, comment et pourquoi. »

Aujourd’hui, il est passionné par son métier mais est animé d’une ambition encore plus grande : « En 2017, mon objectif est de devenir directeur de magasin ». Et comme le BMO peut également lui ouvrir les portes du management tous domaines confondus, il envisage même un jour d’intégrer l’industrie du luxe en tant que chef de secteur ou directeur d’une boutique.

> Lire son témoignage

« Le BMO m’a permis de prendre de l’assurance et de dominer mes émotions en toute situation », Sophie Mack, responsable d’un magasin Optic 2000 à Villeparisis

Diplômée du BTS OL, Sophie Mack a évolué vers un poste de responsable de magasin chez Optic 2000 à Villeparisis. Après 4 ans d’expérience, elle souhaitait développer ses compétences en management et découvrir des bonnes pratiques qu’elle pourrait mettre en place dans son magasin. Lors de sa formation en BMO, elle a été séduite par l’orientation très humaine du programme, ainsi que la pertinence des conseils fournis.

Cette année lui a appris à rester professionnelle en toutes circonstances : « J’y ai trouvé tout une panoplie de solutions précieuses pour gérer des situations du quotidien. Le module de Pascale Charlier m’a par exemple appris à mieux gérer les conflits clients. » La recette ? « Laisser parler le client, noter ses arguments point par point, garder un temps de silence, puis seulement lui répondre. » À présent, la jeune femme déclare avoir « plus d’assurance et de ressources pour gérer [s]es émotions, notamment dans des situations difficiles. »

Grâce au BMO, elle a pu devenir un meilleur manager : « J’ai notamment mis en place des challenges pour motiver mes équipes, ainsi que des entretiens individuels plus poussés ». Et les résultats ne se sont pas fait attendre puisque « la cohésion au sein de l’équipe s’est renforcée. »

« Le BMO a participé à une réflexion sur moi-même et m’a aidé à penser plus grand », Nicolas Rigaudière, Opticien chez Grand Optical

Titulaire d’une Licence d’Optométrie, Nicolas Rigaudière s’est orienté vers le BMO afin de compléter sa formation théorique – c’est précisément la dimension pratique de la formation qui l’a convaincu d’y entrer : « J’y ai découvert des matières que je ne connaissais pas, comme la gestion d’entreprise, l’anticipation et la gestion des conflits. »

Ce choix d’orientation s’inscrit dans son projet professionnel : « Si j’exerce actuellement la fonction d’Opticien, je vise un poste à plus hautes responsabilités. Pour y parvenir, je sais que le diplôme du BMO m’ouvrira des portes, me permettra d’évoluer plus rapidement en magasin, et sera un atout pour me lancer à mon compte. »

Cette année d’études supplémentaire a avant tout nourri sa réflexion personnelle : « J’ai beaucoup appris sur moi-même. J’ai développé mes ambitions et me suis donné les moyens de les concrétiser. » D’un caractère naturellement timide, Nicolas est désormais plus ouvert aux autres et plus à l’aise à l’oral lors d’interventions publiques. Notamment grâce aux projets de groupe, il parvient davantage à s’affirmer et à prendre sa place. Un bilan positif à tous points de vue.

Lire son témoignage

Témoignage d’une intervenante

« Mon objectif est de donner aux étudiants des outils pour s’épanouir en entreprise », Pascale Charlier, coach en entreprise et intervenante au sein du BMO

Pascale Charlier, coach en entreprise et formatrice, intervient à l’ISO sur le champ du développement personnel. Elle a élaboré le concept de « leadership conscient », qui consiste à prendre conscience de qui l’on est pour limiter la manifestation d’automatismes. « J’aide les étudiants du BMO à développer leur confiance en eux, à mieux se connaître, à s’ouvrir sur les autres et à adopter une communication non-violente pour éviter le ping-pong d’ego à ego », raconte-t-elle.

Lors d’un atelier dédié, elle les invite par exemple à prendre de la distance avec leurs émotions. Elle les met en scène dans une situation de stress et la leur fait analyser. L’objectif est d’observer ses émotions et ses pensées, ainsi que leurs manifestations physiques (rougeurs, voix qui tremble, mains moites…), puis d’apprendre à les maîtriser.

Pascale leur propose également des cours interactifs sur le non-verbal et sur le rôle de la gestuelle dans la communication, mais aussi sur l’intelligence collective et la transversalité. « Ma passion est de transmettre mes connaissances à mes interlocuteurs – professionnels ou étudiants – pour leur permettre d‘améliorer leur quotidien », conclue-t-elle. « Ces ateliers leur serviront dans leur vie. Et s’ils se sentent bien, ils seront également de meilleurs managers. » CQFD.

> Retrouvez l’article sur le site de l’ISO

L'Institut Supérieur d'Optique forme depuis 30 ans les experts des 
métiers de l’optique.

Anaïs De Coster, diplômée du Bachelor de Manager en Optique à l’ISO Paris

Pour Anaïs de Coster, l’aventure de l’optique commence au lycée. Indécise sur sa voie professionnelle, la jeune femme effectue une semaine de stage en magasin d’optique suite à la recommandation de ses parents, qui avaient conscience du dynamisme du secteur. Elle y découvre un métier très polyvalent dont toutes les facettes l’enchantent : le contact avec la clientèle, la dimension de santé visuelle, l’aspect technique mais aussi créatif.

Après un bac S option biologie-écologie passé en Haute-Savoie, Anaïs de Coster se destine à un cursus d’optique. Elle obtient son BTS Opticien-Lunetier, puis s’oriente en Licence Professionnelle d’Optique en alternance, une formation qu’elle doit interrompre suite à un licenciement économique.

Forte de son BTS, la jeune femme se présente en magasin, CV en main, et décroche un poste d’opticienne à la Générale d’Optique à Clermont-Ferrand. Elle fait ses preuves et « voyage beaucoup au sein de l’enseigne ». Elle a notamment l’occasion de former de jeunes étudiants en optique dans le cadre de leur stage en entreprise. « Ces expériences m’ont donné envie d’encadrer une équipe et de transmettre ma passion pour l’optique » explique-t-elle.

L’ISO, tremplin de son parcours professionnel

Désireuse de retrouver ses valeurs – l’encadrement, la transmission et l’humain –, Anaïs décide de reprendre ses études. Elle choisit alors d’intégrer le Bachelor de Manager en Optique à l’ISO qui concilie toutes ses aspirations.

Au terme de son cursus, Anaïs décroche son diplôme du BMO et remporte le titre de Meilleur Manager ISO 2016 grâce à son projet développé en entreprise – augmenter le nombre d’abonnements en contactologie au sein de 2 magasins de l’enseigne. Il s’agit d’un contrat d’abonnement trimestriel et sans engagement de lentilles de contact, vendues à un tarif spécial et livrées à domicile, pour compléter le service en magasin. Anaïs avait pour mission de former l’équipe à la vente de cette offre, faire connaître ce produit et susciter l’adhésion des clients.

L’accélération de sa carrière

Repérée pour son potentiel prometteur, Anaïs est nommée ambassadrice régionale du groupe GrandVision, ce qui lui permet d’intervenir dans des structures pédagogiques pour présenter les débouchés, ainsi que le cadre réglementaire, du marché de l’optique. C’est également pour elle l’opportunité d’échanger avec les étudiants sur son parcours et de conforter son projet professionnel.

Poursuivant son ascension, Anaïs a récemment été promue adjointe du magasin Générale d’Optique de Bercy, à Paris« Je compte prendre le temps de gagner de l’expérience et devenir exemplaire dans mes nouvelles missions » déclare-t-elle, déterminée à relever les défis qui l’attendent. Et de poursuivre : « Par la suite, j’aimerais beaucoup évoluer vers un poste de responsable de magasin, ou bien former des collaborateurs dans des sièges sociaux, ou encore devenir enseignante dans une structure pédagogique comme l’ISO » indique-t-elle.

Ses conseils aux étudiants en optique ? « Le marché de l’optique offre de nombreux débouchés – j’en suis la preuve vivante. Prenez du recul et apprenez à rebondir quoi qu’il arrive (les efforts payent toujours…). Enfin, le plus important : prenez du plaisir dans ce que vous faites ! ». Pleine de ressources et d’ambition, Anaïs, qui mise sur sa passion et son travail pour réussir, est promise à un bel avenir.

>> Lire l’article sur le site de l’ISO

Grands oraux : les étudiants du BLC et du BMO évalués par un jury de professionnels

Les 2 promotions du BLC (ISO Paris et Bordeaux) et les 4 promotions du BMO (ISO Lyon, Lille, Nantes et Paris) se préparent pour les grands oraux, qui auront lieu respectivement les 29 et 30 juin et le 4 juillet 2016. Les étudiants seront évalués par un jury de professionnels parmi les plus grands noms de l’optique. Les lauréats seront récompensés par différents prix, une bourse d’études ou un emploi en CDI.

Le 4 juillet, les promotions des 4 sites du Bachelor de Manager en Optique (Lyon, Lille, Nantes et Paris) seront réunies pour la 1ère fois à Paris pour le grand oral, qui totalise 20 % de la note finale.

A l’issue de cette journée, 4 étudiants se verront décerner le « Prix du Meilleur Opticien Manager Alain Afflelou ».

Les responsables des secteurs locaux d’Alain Afflelou ont participé le 13 juin à Lille, Nantes et Paris, et participeront le 29 juin à Lyon à la soutenance du « projet professionnel », qui représente 40 % de la note finale. Cette épreuve orale se déroule devant un jury d’enseignants de l’ISO et d’intervenants professionnels.

Les délégués Afflelou évalueront les projets des étudiants et récompenseront le  meilleur opticien diplômé du BMO de chaque promo. A la clé : un équipement connecté, mais surtout un emploi en CDI chez Afflelou ! Ce prix sera remis par Frédéric Poux, Président du Directoire d’Alain Afflelou, dans les locaux de l’ISO Paris 15, en présence des 90 étudiants du BMO, des équipes pédagogiques et de Stéphane Lebrati, président de l’ISO.

Cette remise de prix marque le début d’un partenariat durable avec Alain Afflelou basé sur une reconnaissance des formations de l’ISO, au sein desquelles la grande enseigne d’optique recrutera une partie de ses futures équipes.

Ce partenariat :

  • consacre la professionnalisation du programme BMO et une connexion forte avec le monde professionnel,
  • contribue à l’adéquation des exigences pédagogiques de l’ISO avec les attendus de la profession,
  • offre aux diplômés de l’ISO de réelles opportunités professionnelles dès l’obtention de leur diplôme.

Le grand oral du Bachelor de Lunetier Créateur

Les 29 et 30 juin, les 2 promotions du Bachelor de Lunetier Créateur (BLC) de l’ISO Paris et Bordeaux sont convoquées pour le grand oral. Trois épreuves sont au programme :

  1. « Positionnement du concept-store et design d’espace », qui consiste à présenter un concept de point de vente pertinent et une expérience unique (positionnement, image, cible, aménagement de l’espace…) ;
  2. « Création originale de monture », un projet imposé par le parrain, le designer Jeremy Tarian pour la promo 2016. Les étudiants présenteront leur création, des dessins techniques jusqu’au prototype ;
  3. « Saga des marques et projet professionnel », qui consiste à faire une synthèse d’une marque créateur tirée au sort (histoire, ADN, grands marqueurs, égéries, communications, concurrents…). Cette épreuve permet aux étudiants de découvrir les marques en profondeur et d’enrichir leur approche des lunettes.

Le grand jury sera composé d’une trentaine de professionnels parmi les plus grands noms de la lunetterie : responsables et ambassadeurs de marques créateurs (Anne & Valentin), responsables lunetiers, responsables de magasins haut de gamme (« Le Caribou » à Paris), Meilleurs Ouvriers de France (MOF), designers de lunettes (Alain Garighian), designers d’espaces…

Ces oraux permettront de valider les connaissances et les compétences des étudiants, ainsi que leur capacité à communiquer et à défendre leurs idées face à un jury de professionnels – de potentiels clients et futurs opticiens susceptibles de commercialiser leurs créations.

La cérémonie de remise des diplômes se déroulera fin septembre – au moment du SILMO –, en présence des futurs diplômés et des nouvelles promotions. Lors de cet événement, 2 prix spéciaux récompenseront la meilleure création originale et le concept store le plus pertinent.

La composition du jury et cette remise des prix confortent les objectifs du BLC : rendre ses lettres de noblesse au métier d’Opticien-Lunetier, avec une réflexion menée sur la technicité du métier, les process de fabrication et les mutations du secteur.

> Lire l’article sur le site de l’ISO