L’ISO, un tremplin vers une carrière à l’international

Reconnu pour son excellence, le savoir-faire optique français s’exporte dans le monde entier. Et en matière de formation, l’ISO fait figure de leader, plébiscité par la profession sur la scène nationale et internationale. L’école forme des opticiens spécialisés dont une part croissante est appelée à exercer au-delà des frontières de l’hexagone. Le point sur les opportunités à l’international avec Stéphane Lebrati, Président de l’ISO.

L’optique française, une filière prestigieuse

Née à Morel, dans le Jura, l’industrie française de l’optique, pionnière dans le travail des montures, est riche d’une histoire de plus de 200 ans. Elle est également reconnue au niveau mondial avec Essilor, leader de la fabrication de verres optiques ophtalmiques. Essilor équipe près de 45 % des porteurs de lunettes dans le monde, et a inventé les verres progressifs (le verre Varilux).

La filière est également portée par une jeune génération de designers français, reconnus dans l’univers de la haute lunetterie. On peut citer Thierry Lasry, le lunetier que tout Hollywood s’arrache, John Dalia, le jeune créateur des célébrités, deux anciens diplômés de l’ISO ou Lucas de Staël, récompensé par deux Silmo d’or).

La France compte des acteurs majeurs de la distribution optique mondiale, tels que le groupe Alain Afflelou, implanté dans 17 pays, sur 5 continents. Elle accueille chaque année le Silmo, le rendez-vous incontournable des professionnels de l’optique, visité en 2016 par 34 000 décideurs dont 57 % d’internationaux.

Les professionnels du secteurs (ophtalmologistes, opticiens, orthoptistes, industriels français des verres et des montures) se sont réunis au sein de l’association « La filière optique d’excellence », qui s’est engagée pour défendre la santé visuelle des Français.

L’ISO, un facilitateur de carrières internationales

L’ISO, vivier de talents made in France, jouit d’un rayonnement mondial. L’école forme des étudiants venus des quatre coins du globe. Elle a même implanté le premier centre de formation optique en Chine, sollicitée par le 3e groupe chinois, Best Optical (450 magasins). L’enseigne cherchait une formation d’opticien française, et s’est naturellement tourné vers l’ISO pour l’assurer.

Stéphane Lebrati rappelle que « le rôle de l’ISO est d’ouvrir des perspectives aux étudiants ». Grâce à son vaste réseau de partenaires, l’école leur propose d’effectuer un stage à l’étranger, et s’ils le souhaitent, de mener une carrière à l’international. Car chaque année, de grands groupes internationaux se tournent vers l’ISO pour recruter de jeunes diplômés. Par exemple, le groupe Alain Afflelou a sollicité l’ISO pour ses recrutements en Asie (postes à pourvoir en Chine et au Vietnam).

Pour saisir ces opportunités, la maîtrise de l’anglais est incontournable. C’est pourquoi l’ISO a mis en place des modules pédagogiques pour se perfectionner en anglais. Le module international comprend des cours de business english, Eye Exam et d’anglais renforcé pour préparer le TOEIC. Plus encore, les stages et les voyages d’études, véritables immersions linguistiques et culturelles, sont le meilleur atout pour se différentier sur un marché en pleine effervescence.

Stages et voyages de fin d’études à l’étranger : une étape clé

Découverte de nouvelles pratiques professionnelles, enrichissement d’une nouvelle culture, expérience de vie pour apprendre à mieux se connaître soi-même… « Faire un stage à l’étranger est une richesse extraordinaire qui ouvre l’esprit », souligne Stéphane Lebrati. « Outre le travail de la langue, les stages poussent les étudiants hors de leur cocon et les font grandir aux plans professionnel et personnel. »

Les étudiants de l’ISO peuvent choisir d’effectuer leur stage en Australie, en Chine, aux Etats-Unis, mais aussi à Londres, à Miami et à Milan cet été, que ce soit en entreprise, dans la distribution optique, ou à l’université, au sein d’une clinique d’optométrie. Bénéficiaire de l’agrément Erasmus, l’école leur offre des opportunités auprès des universités et des professionnels européens.

Des voyages d’études permettent également de tisser des liens avec des acteurs du secteur optique. La dernière promotion du MBA est notamment partie en Chine pendant 10 jours à la rencontre d’une quinzaine de chefs de grands groupes du marché chinois. Le conseil de Stéphane Lebrati aux étudiants ? « Osez, sortez de votre zone de confort ! ».

Retrouvez l’article sur le site de l’ISO

L'Institut Supérieur d'Optique forme depuis 30 ans les experts des 
métiers de l’optique.

Compte rendu de la conférence « Les opportunités de carrière dans l’industrie optique » à l’ISO

La conférence animée par Luxottica France, s’est déroulée le 7 mars 2017 dans l’Auditorium de l’ISO Paris, en présence de 120 étudiants de l’ISO. Cette conférence était animée par Virginie Ginsbourger, Directrice Générale de Luxottica France, et Nathalie Sirop, Directrice des Ressources Humaines de Luxottica France.

Introduction générale

Virginie Ginsbourger déclare être ravie de rencontrer les étudiants de l’ISO et de pouvoir leur parler de Luxottica. Elle évoque le début d’un partenariat avec l’ISO, dont l’objectif est de leur faire découvrir et leur donner des opportunités de carrière correspondant à leur profil.

Virginie Ginsbourger a rejoint la filiale allemande de Luxottica il y a six ans, à la suite d’un parcours dans l’industrie du sport. Elle a travaillé au siège du groupe, en Italie, et depuis deux ans, elle en dirige la filiale française.

Présentation du groupe Luxottica

Fondé en 1961 par Leonardo Del Vecchio, l’actuel Président du groupe, Luxottica est un empire construit en une seule génération grâce au génie de son fondateur, visionnaire et entrepreneur dans l’âme. Tout a commencé il y a 56 ans, dans une petite usine composée de 400 machines, au Nord-Est de l’Italie. En 2016, le groupe emploie plus de 79 000 collaborateurs répartis dans 135 filiales à travers le monde, et a réalisé un chiffre d’affaires de 9 milliards d’euros.

La particularité de Luxottica est d’être complètement intégrée, du design à la distribution. Avec un réseau de 7 200 points de vente et 150 000 opticiens partenaires à travers le monde (qui distribuent les marques Luxottica), le groupe est leader dans la distribution optique et solaire – numéro 1 de la distribution optique aux États-Unis. L’entreprise compte également 12 usines sur 3 continents différents (Italie, Chine, États-Unis, Brésil et Inde).

On distingue deux types de marques dans le groupe :

  • les marques détenues par Luxottica : au premier plan desquelles Ray-Ban, leader mondial du marché solaire et se développe fortement sur le segment optique*, mais aussi Oakley, leader sur le segment du sport,
  • les marques sous licence : Luxottica en possède un large portefeuille très stable, parmi lequel Chanel, Prada, Emporio Armani ou Mickael Kors.

Entre artisanat et automatisation, Luxottica a des usines spécialisées, ainsi que des processus d’industrialisation les plus poussés du marché.

L’approche catégorielle

Caroline Jeannot, Category Manager chez Luxottica, explique que l’approche catégorielle consiste à étudier les grandes caractéristiques du marché et la meilleure manière d’accompagner les opticiens pour saisir toutes les opportunités et générer des leviers de croissance. Pratiqué depuis des années dans d’autres grands secteurs, le category management est arrivé plus récemment chez Luxottica et le marché de l’optique.

Luxottica travaille en collaboration avec les opticiens pour les aider à activer les leviers de croissance. Ils sont ainsi invités à clarifier et à simplifier leur offre (travailler moins de marques, et plutôt miser sur la qualité), dans l’objectif de remettre le consommateur au cœur de la stratégie.

Les parcours et les évolutions de carrière

Nathalie Sirop explique que Luxottica est ouvert à des profils issus d’univers variés (sport, parfum, joaillerie, pharmacie, cosmétique…), qui partagent les valeurs du groupe, ont de bonnes capacités d’apprentissage et l’envie d’évoluer. Le groupe offre des opportunités d’évolution et de parcours à l’international. De plus, le recrutement est simple et rapide et les nouveaux arrivants suivent un programme d’intégration spécifique sur 4 semaines.

Success stories

Trois intervenants – dont 2 anciens étudiants de l’ISO – partagent successivement leur parcours depuis leur diplôme et leur évolution au sein de Luxottica.

Chantal Kapinga, Opticienne Attachée Commerciale chez Ray-Ban Optique

Diplômée de l’ISO Lyon, Chantal Kapinga a intégré une école de commerce à Paris et a obtenu un MBA en marketing du luxe et management international. Après un stage au trade marketing chez Guerlain, désireuse de revenir à l’industrie optique, elle a pris la tête d’un magasin Jimmy Fairly à Paris puis à Lyon, et y a développé les verres de transition. Il y a deux ans, elle est entrée chez Luxottica en tant qu’In Store Specialist, avant de devenir Attachée Commerciale pour Ray-Ban en avril 2016.

> Lire son témoignage

Stéphane Chatagnier, Opticien Training Manager

Stéphane Chatagnier savait dès le collège qu’il voulait travailler dans l’optique. Après avoir effectué tout son parcours à Morey, il passe dix ans en magasin et devient responsable de points de vente. Il est aujourd’hui Opticien Training Manager chez Luxottica, une entreprise familiale dans laquelle il vit sa passion.

Romain Lefebvre, Opticien Business Leader

Après l’obtention de la Licence Professionnelle d’Optique à l’ISO (en partenariat avec l’Université d’Orsay), Romain Lefebvre a occupé un poste de responsable de point de vente. En 2014, il a décidé de partir faire le tour du monde, notamment pour améliorer son anglais. À son retour un an plus tard, il a postulé en candidature spontanée chez Luxottica et a intégré le groupe comme Attaché Commercial pour Ray-Ban. Le 1er mars, il a lancé les verres correcteurs de la marque.

Le management commercial chez Luxottica

Stéphane Le Page, Brand Sales Manager chez Ray-Ban Optique, nous raconte à son tour son parcours : entré il y a trois ans et demi chez Luxottica après avoir passé plus de 20 ans dans le groupe Mars, il s’est occupé de Ray-Ban Optique, et gère aujourd’hui 6 marques et une équipe de 50 personnes.

Il évoque les 4 piliers du management : l’humilité, l’empathie, la reconnaissance et l’intégrité, ainsi que les pré-requis pour devenir manager : la confiance, le contrôle, le courage, l’écoute et le partage.

Dernier point abordé par Stéphane Le Page : le management à distance, qui implique de donner une direction à son équipe, d’être clair et disponible pour les collaborateurs. Il rappelle que le manager a également une mission de coach pour développer savoir-faire et savoir-être, et que cette fonction requiert d’aimer les gens et de s’intéresser à eux : le vrai leader est celui qui grandit en faisant grandir les autres.

> Retrouvez le compte-rendu sur le site de l’ISO

L'Institut Supérieur d'Optique forme depuis 30 ans les experts des 
métiers de l’optique.