Juliette Papin remporte la finale européenne du concours FORCE

Étudiante en Licence d’Optique à l’ISO Nantes, Juliette Papin a remporté la finale du concours EMEA FORCE 2019 le 11 mai dernier à Budapest, en Hongrie. C’est la première fois en 7 ans que la France décroche la première place de ce concours européen. Félicitations à Juliette !

Organisé chaque année par le laboratoire CooperVision, le concours FORCE (Future Ocular Research Creativity Event) voit s’affronter des étudiants en optométrie de différents pays sur un projet de recherche relatif aux lentilles de contact. Cette année, la 7e édition a accueilli des étudiants de 11 pays d’Europe, du Moyen-Orient et d’Afrique (EMEA).

Juliette, lauréate de la finale EMEA FORCE CooperVision 2019

Lors de la grande finale le 11 mai dernier au Centre d’innovation CooperVision à Budapest, Juliette Papin s’est distinguée par la présentation dans un anglais impeccable de son étude sur « La variation des comportements phoriques, comparaison entre 2 lentilles : Addition VS Effet convexe », parmi les 14 étudiants en optométrie venus de tous horizons.

Bilan de son étude : elle a observé une diminution significative de l’esophorie pour la lentille multifocale ; quant à la lentille à effet convexe, elle pourrait avoir un effet sur les esophores et les myopes – il faudrait réaliser une étude complémentaire sur une cohorte plus importante pour que cette tendance se révèle significative.

Étudiante en Licence Professionnelle d’Optique, cette passionnée d’optométrie poursuivra sa formation en Master l’an prochain. Par la suite, elle envisage de passer le diplôme européen pour exercer peut-être à l’étranger, et aimerait également faire de l’enseignement.

Le concours FORCE de CooperVision ouvre des portes 

« Participer à ce concours a énormément apporté à ma formation et m’a beaucoup appris au niveau théorique et pratique. Je me suis sans cesse remise en question, interrogée sur le sens des résultats que j’obtenais, questionnée sur la façon de présenter les résultats de la manière la plus claire et la plus pertinente », raconte Juliette.

« À Budapest, j’ai rencontré des personnes passionnées, passionnantes et d’une bienveillance rare. J’ai eu la chance d’échanger avec les autres participants aussi bien sur le déroulement de leurs études que sur la pratique de notre métier dans leur pays », poursuit-elle. « Jamais je n’aurais pensé vivre une telle expérience, ressentir tant d’émotions en trois jours… C’est un souvenir inoubliable ! »

Sur un plan plus personnel, Juliette « [a] gagné en confiance en [elle] » et « ressor[t] grandie de cette expérience ».

Sa tutrice, Brigitte Couture, optométriste et professeure de contactologie à l’ISO Nantes, a beaucoup aimé accompagner Juliette jusqu’à la finale européenne, qui a été pour elle « une belle expérience sous le signe de l’émotion et du partage ».

La jeune lauréate remercie chaleureusement Brigitte Couture et Alexandre Meslé, chargé de l’organisation de la finale française et de l’accompagnement des étudiants et de leur tuteur au niveau européen, pour leur soutien et leurs conseils, mais aussi celles et ceux qui ont participé à son étude « sans qui rien n’eût été possible », ainsi que son ami Adrien Larmoire pour son indéfectible soutien.

D’ici quelques mois, elle publiera son étude dans le Journal de l’Optométrie Francophone (JOF). En janvier prochain, elle présentera son étude lors du Congrès d’Optométrie et de Contactologie (COC) à Paris, puis en plénière au Netherlands Contact lenzen Congress (NCC) deux mois plus tard, sur l’invitation de CooperVision Europe. En outre, elle est d’ores et déjà invitée à la finale FORCE EMEA 2020.

L’ISO Nantes sur le podium pour la 2e année consécutive

Chaque année depuis sa création en 2013, de nombreux étudiants de l’ISO participent à ce concours de renommée internationale. Certains ont même remporté la finale France et participé à la grande finale européenne :

  • Alexandre Meslé (ISO Bordeaux) en 2013,
  • Benoit Pelatan (ISO Bordeaux) en 2015,
  • Mehdi Yahiani (ISO Lille) en 2016,
  • Ludivine Willmann (ISO Nantes, numéro 2 du classement européen) en 2018.

> Retrouvez l’article sur le site de l’ISO

L'Institut Supérieur d'Optique forme depuis 30 ans les experts des métiers de la vision.

Première édition des ISOlink Awards : 3 talents « made in ISO » récompensés

Les ISOlink Awards mettent en lumière des parcours inspirants parmi les diplômés de l’ISO. Pour la première édition de ce concours, la cérémonie de remise des trophées s’est déroulée lors de la soirée #ISO30ans, le 30 septembre 2018. Maxime Balouzat, Gwénaël Merlio et Ophélie Girard – les 3 lauréats – reviennent sur cet événement qui récompense leur succès.

Maxime Balouzat, 29 ans, entrepreneur multipropriétaire 

Les lauréats des ISOlink Awards 2018 ont des parcours remarquables à la mesure de leurs ambitions professionnelles. Du haut de ses 29 ans, Maxime Balouzat est co-propriétaire de 4 magasins du groupe Afflelou – bientôt 5 – avec son associé rencontré à l’ISO Lyon. Pour ce diplômé du BTS Opticien-Lunetier, « remporter un trophée des ISOlink Awards est très valorisant ».

Ses projets pour l’avenir ? La poursuite de son activité en tant que franchisé Afflelou et le développement de ses magasins. « J’aimerais également continuer à inspirer les étudiants de l’ISO en leur présentant l’enseigne Afflelou et en échangeant avec eux sur mon quotidien d’entrepreneur ».

Gwénaël Merlio, L’Opticien qui bouge

Gwénaël Merlio a « un parcours atypique : 10 ans passés en magasin d’optique et la création il y a 5 ans de [s]a propre activité d’optique à domicile », L’Opticien qui bougeIl estime, lui aussi, que « le trophée des ISOlinks Awards est une reconnaissance très gratifiante », soulignant au passage que « la soirée #ISO30ans était très réussie ».

À court et moyen terme, Gwénaël a de multiples projets : « étendre les services de son entreprise à 10 villes supplémentaires d’ici la fin de l’année, ouvrir une centrale d’achat d’ici le mois de janvier, ainsi qu’un centre de formation pour les opticiens à domicile, et aider les salariés à soulager leur vue dans le cadre de formations en entreprise ».

Mais aussi « continuer à développer et à faire connaître l’optique à domicile » notamment auprès des étudiants de l’ISO. « C’est une perspective d’avenir pour les diplômés de l’optique, avec une approche différente de l’exercice en magasin ».

Ophélie Girard, chargée de marketing digital et opérationnel chez Hoya

Diplômée du BTS Opticien-Lunetier à l’ISO Lyon, du Bachelor de Manager en Optique puis d’une école de commerce, Ophélie Girard est aujourd’hui chargée de marketing digital et opérationnel chez Hoya.

« Le concours des ISOlink Awards est une excellente initiative. J’y ai participé pour montrer aux étudiants que le diplôme d’opticien offre de nombreuses opportunités notamment dans le digital », explique-t-elle. « La force de l’ISO est de créer une communauté et un réseau d’acteurs du marché de l’optique ».

Un grand merci à nos partenaires Zeiss, Luz Optique et BienVu pour leur participation à cette toute première édition des ISOlink Awards !

> Retrouvez l’article sur le site de l’ISO

L'Institut Supérieur d'Optique forme depuis 30 ans les experts des 
métiers de la vision.

 

Finale Challenge GrandVision : les étudiants de l’ISO impressionnent le jury

Le 26 juin, la grande finale du Challenge GrandVision BMO a vu s’affronter les 4 équipes finalistes des écoles ISO Lille, Lyon, Nantes et Paris lors d’une épreuve orale dans les locaux de l’ISO Paris. Pour les étudiants en Bachelor de Manager en Optique, cet événement constitue le point d’orgue d’une année en connexion avec le monde professionnel sous le parrainage de GrandVision France. Félicitations à l’équipe de l’ISO Lille qui a remporté la victoire !

GrandVision France, parrain de la promo 2018 du BMO

Partenaire de l’ISO, GrandVision a accompagné la promo 2018 du Bachelor de Manager en Optique en tant que parrain du cursus. Dans le cadre de ce partenariat avec le grand distributeur optique, les étudiants des écoles ISO Lille, Lyon, Nantes et Paris se sont disputés la victoire en répondant à une étude de cas lors de la Finale Challenge GrandVision BMO, le 26 juin dernier.

Pour sélectionner les lauréats, un jury de choix composé de :

  • Joao Inacio, reponsable développement RH GrandVision,
  • Vincente Freida, responsable RH business partner chez GrandVision,
  • Sophie Bouchetard, directrice régionale Générale d’Optique région Rhône-Alpes,
  • Nathalie Zelmati, chef de Projets formation chez GrandVision,
  • Othilie Perrin, directrice des ventes Générale d’Optique.

Ce jury de professionnels a été « unanimement bluffé par l’implication des étudiants, la qualité de leur travail et de leur prestation, leur niveau d’analyse et leur capacité à s’approprier le sujet », souligne Othilie Perrin.

ISO Lille, l’équipe lauréate

Emmanuelle Regnier, Fanny Cloet et Caroline Venera Ventura, trio gagnant de l’ISO Lille, sont « très fières » de leur victoire. Ces étudiantes ont su faire la différence par leur excellente cohésion de groupe, l’équilibre entre leurs interventions respectives, l’originalité de leur sketch sur les bonnes et mauvaises méthodes managériales, ainsi que la parfaite maîtrise de leur sujet.

En récompense, toutes les trois ont reçu un iPhone 8 et chacun des finalistes a remporté une journée en immersion au siège de l’enseigne, ou sur le terrain avec un directeur de région GrandVision ou un directeur de magasin.

À la rentrée de septembre, Fanny rentrera sur le marché du travail « en espérant devenir rapidement directrice de magasin et même directrice régionale », tandis que Caroline poursuivra sa formation en Master Études et Business des Entreprises pour devenir chef de produit au service marketing d’une grande enseigne.

Un partenariat gagant-gagnant

Ce concours a été l’occasion pour les étudiants de « progresser et de s’enrichir au contact de professionnels ». Une porte d’entrée privilégiée dans le monde du travail. Il s’inscrit également dans l’orientation pédagogique du BMO qui « prépare les étudiants à la vie en entreprise grâce à l’’analyse de situations concrètes de management. »

Satisfaits de leur collaboration, GrandVision et l’ISO, « sur la même longueur d’onde et unis autour des mêmes valeurs » (Othilie Perrin), sont prêts à  mener prochainement une nouvelle expérience.

La directrice des ventes Générale d’Optique « souhaite à tous les diplômés du BMO de s’épanouir dans leur travail – c’est le secret d’un bon manager, à la fois leader et coach. »

> Retrouvez l’article sur le site de l’ISO

L'Institut Supérieur d'Optique forme depuis 30 ans les experts des 
métiers de l’optique.

 

Concours FORCE de CooperVision : une étudiante de l’ISO sur le podium du classement européen

Du 11 au 13 mai derniers, le laboratoire CooperVision a réuni des étudiants à partir de la 3ème année d’écoles et d’universités d’optique européennes autour du concours FORCE (Future Ocular Research Creativity Event). Pour cette 6e édition, face à 15 étudiants en optométrie et contactologie de 11 nationalités différentes, Ludivine Willmann, étudiante en Licence Professionnelle d’Optique à l’ISO Nantes, a fait briller les couleurs de l’ISO en montant sur la 2ème marche du podium et en obtenant les félicitations du jury lors de la finale européenne – c’est la première année que la France atteint cette place. Bravo à Ludivine !

Pour participer à ce concours annuel, les étudiants ont pour mission de mener une étude portant sur la contactologie en lentilles souples, entre septembre et avril. Leur présentation est soumise à un jury de professionnels chargé de sélectionner le meilleur projet au niveau national, en fonction notamment de la pertinence du sujet, de l’analyse des résultats et du protocole mis en place.

« Un projet rondement mené »

Après avoir remporté la finale nationale, Ludivine Willmann a représenté la France avec une étude portant sur « le taux de cillement et le confort visuel en activité sur écran d’ordinateur équipé de lentilles souples hydrogel VS lentilles souples silicone-hydrogel ». « Son projet est très actuel tant sur le plan scientifique qu’industriel car le marché se tourne de plus en plus vers le silicone-hydrogel », poursuit Alexandre Meslé, chargé de l’organisation de la finale française et de l’accompagnement des étudiants et de leur tuteur au niveau européen – il s’est lui-même rendu jusqu’à la finale européenne lors de sa participation au concours en 2013.

Présentés en anglais, les travaux de Ludivine ont impressionné les membres du jury européen grâce à sa prestation orale, sa maîtrise de la langue, sa rigueur et l’intérêt des résultats auxquels elle est parvenue.« Ludivine a été bluffante. Elle a un excellent niveau et elle n’est qu’en Licence ! Je suis impressionné par l’excellence de tels étudiants formés à l’ISO », s’exclame Alexandre.

« Ce concours m’a motivée à poursuivre mes études »

Le concours lui a permis de rencontrer un grand nombre d’optométristes parmi lesquels « des professionnels de haut vol dont [elle] ignorai[t] jusque-là l’existence », mais surtout de prendre confiance en elle : « entendre de grands noms de l’optique me dire que mon sujet était solide et que j’avais du potentiel m’a rendue fière et même heureuse », raconte-elle.

Les portes de l’optométrie lui sont désormais grandes ouvertes : d’ici quelques mois, elle publiera son étude dans le Journal de l’Optométrie Francophone (JOF) et présentera ses travaux en plénière au 38e Congrès d’Optométrie et de la Contactologie (COC) en janvier 2019 à Paris.

Alors qu’elle ne pensait pas jusque-là poursuivre ses études, Ludivine compte désormais s’inscrire après sa Licence en Master à l’étranger. « La Licence est une année charnière durant laquelle beaucoup d’étudiants s’interrogent sur une éventuelle poursuite d’études », souligne Alexandre, qui est intervenu en DU d’optométrie et de contactologie pendant un an et demi à l’ISO Bordeaux, où il a effectué ses études, puis a été embauché en tant qu’optométriste chez CooperVision suite à son résultat au concours FORCE. « C’est grâce à cette compétition que j’ai pris la décision de poursuivre mes études jusqu’au Diplôme Européen d’Optométrie car cela m’a ouvert les yeux sur toutes les possibilités et le potentiel de recherche en optométrie à l’échelle européenne. »

Motivation, investissement et rigueur

Des conseils pour les futurs étudiants en Licence qui hésitent à se lancer ? Pour Alexandre, le principal mot d’ordre serait : « Osez ! ». « Cette compétition est tout à fait accessible. Avec un sujet astucieux, de la volonté, de la rigueur et de l’investissement, on peut atteindre les sommets de la finale européenne. Et on y fait de merveilleuses rencontres ! », déclare Alexandre.

« Au début, je n’y croyais pas mais finalement, l’expérience m’a passionnée. Lancez-vous et croyez en votre projet. Il faut se dire qu’on n’a rien à y perdre mais tout à y gagner ! », conclut Ludivine.

> Retrouvez l’article sur le site de l’ISO

L'Institut Supérieur d'Optique forme depuis 30 ans les experts des 
métiers de l’optique.

Une diplômée du Bachelor de Lunetier Créateur à l’ISO habille le regard de l’actrice Armelle Lesniak

Vendredi 6 avril, l’actrice Armelle Lesniak s’est rendue à l’ISO Bordeaux pour le shooting de sa paire de lunettes signée Meg Eyewear. La monture a été créée sur mesure par Mégane Jeanmaire, diplômée du Bachelor de Lunetier Créateur (BLC) à la tête de sa propre marque. Retour sur un projet créatif et collaboratif réussi.

Une monture sur-mesure pour Armelle Lesniak

« L’idée de ce concours m’est venue lors d’une répétition de la pièce « Une heure avec Maria Callas » au Trianon à Bordeaux, dans laquelle Armelle jouait le rôle éponyme », raconte Johan Yvon, maquilleur qui travaille régulièrement avec l’actrice et intervient dans le BLC à l’ISO en tant que morpho-visagiste. Faire travailler les étudiants sur la conception sur-mesure d’une paire de lunettes pour l’actrice est l’occasion de les solliciter sur un projet stimulant en lien avec leur cursus.

Séduite par l’idée de son maquilleur et ami, Armelle formule un brief à destination des étudiants : « Je voulais de grosses lunettes en écaille dont la forme conviendrait à celle de mon visage. Pas extravagantes, mais discrètes, élégantes et intemporelles ». L’ISO porte le projet auprès des étudiants et diplômés du cursus créatif, et au terme de 3 mois de travail, plusieurs d’entre eux lui soumettent une proposition.

Conseillée par Johan Yvon et Jean Flahaut, également intervenant au sein du BLC, l’actrice porte son choix sur le projet de Mégane. « J’ai trouvé sa monture très élégante, avec beaucoup de personnalité et de la fantaisie, en continuité de mon regard. Ni loufoques ni ordinaires : un équilibre parfait et rare. C’est comme si je l’ai avais toujours portées. »

Le sur-mesure, « une vibration qui nous rend unique »

À la tête de la marque Meg Eyewear, la jeune créatrice a travaillé en fonction des traits de l’actrice, s’inspirant du modèle « Bertille » issu de sa collection. Après les prises de mesures morphologiques et quelques retouches pour équilibrer les proportions de la monture, la magie opère. « La lunette lui va si bien ! », souligne Johan Yvon.

« Pour moi, le sur-mesure, c’est de l’artisanat. Une vibration qui nous rend unique », indique Armelle Lesniak. « Cela vaut le coup d’avoir des lunettes faites pour soi car c’est un objet très intime que l’on porte tout près de son visage, et un bel accessoire qui permet d’affirmer sa personnalité. »

Mégane Jeanmaire, diplômée du BLC et jeune créatrice prometteuse

Ayant toujours été attirée par la création lunettière et sa dimension manuelle (son père et son grand-père étaient ébénistes), Mégane Jeanmaire dit Cartier s’oriente vers le Bachelor de Lunetier Créateur après son BTS Opticien-Lunetier. Son stage à Sydney dans un bureau de design la conforte dans sa passion pour la création lunettière et lui donne le déclic pour créer sa propre collection. À son retour d’Australie, elle obtient le soutien financier du Rotary Club de Cognac et lance Meg Eyewear.

En parallèle de son métier d’opticienne qu’elle exerce 3 jours par semaine, la jeune créatrice développe désormais sa marque, reconnaissable entre toutes par le nez en forme d’as de pique, et distribuée dans 8 points de vente essentiellement dans l’Ouest de le France. Elle cherche actuellement un agent pour étendre son territoire de vente.

« Mégane est une jeune créatrice très talentueuse à qui je souhaite tout le meilleur pour l’avenir. Sa collection porte une vraie signature et une personnalité unique. Si je peux contribuer à son développement, j’en serais très heureuse ! », déclare Armelle Lesniak. « Un grand merci également à Johan, l’artisan de ce beau projet, qui est un très grand maquilleur », poursuit-elle.

Baptisé « Armelle », le modèle porté par l’actrice devrait être standardisé (après retravail de la taille), puis commercialisé et présenté au prochain SILMO. Une belle collaboration humaine et créative portée par un enseignant passionné et grâce au soutien de l’ISO !

> Retrouvez l’article sur le site de l’ISO

L'Institut Supérieur d'Optique forme depuis 30 ans les experts des 
métiers de l’optique.

Challenge Krys Group 2017 : carton plein pour l’ISO !

Cette année encore, les étudiants de l’ISO se sont qualifiés au GSC Junior, le concours annuel des écoles d’optique françaises organisé par Krys Group. Du 12 au 15 janvier dernier, cette 8e édition du Challenge Krys Group a réuni 40 étudiants et 24 professionnels de l’optique à l’Alpe d’Huez. Parmi les 18 étudiants de l’ISO en lice, trois d’entre eux sont sur les marches du podium. Félicitations à Émeline Liévin (ISO Lyon), Éloïse Demange-Legrand (ISO Nancy) et Louise Judic (ISO Nantes) ! 

L’ISO rafle la mise

Après Mathilde Roy (ISO Toulouse) et Lou Bertrand (ISO Nantes) l’an passé, les 3 lauréates du Challenge Krys Group 2017 ont fièrement porté les couleurs de l’ISO. Sont arrivées en tête, dans l’ordre de classement, Émeline Liévin, étudiante à l’ISO Lyon, Éloïse Demange-Legrand, de l’ISO Nancy, et Louise Judic, de l’ISO Nantes.

Le concours du GSC Junior s’adresse à tous les étudiants en 2e année de BTS Opticien-Lunetier issus de l’ensemble des écoles françaises d’optique. Sur les 40 étudiants sélectionnés, 18 étudiants ISO ont participé :

  • 5 étudiants de l’ISO Lyon,
  • 4 de l’ISO Lille,
  • 2 de l’ISO Nancy,
  • 2 de l’ISO Paris,
  • 5 de l’ISO Nantes.

Les soutenances de BTS

Chaque étudiant a soutenu son oral de BTS devant un jury d’experts composé d’opticiens, d’enseignants et de directeurs d’école – au total, 24 professionnels de l’optique réunis en 6 jurys, dont les directeurs de l’ISO Nantes, l’ISO Lille, l’ISO Lyon, l’ISO Nancy et un professeur de l’ISO Paris.

Émeline Liévin, la grande gagnante du concours 2017, a remporté les faveurs du jury en présentant les activités de l’association humanitaire Migdan, soutenue par Krys Group, dans laquelle elle est investie. Elle a été récompensée pour son travail de qualité tant sur le fond que sur la forme et son aisance à l’oral. Largement encensée, la jeune fille a été « impressionnée par la reconnaissance » dont elle a fait l’objet.

Arrivée en 2e place avec un oral sur « l’optimisation de l’attractivité d’une vitrine », Éloïse Demange-Legrand s’est démarquée par l’utilisation de l’humour – un outil qui lui a permis d’évacuer son stress et de susciter l’adhésion de son auditoire – et par le recours aux tutoriels vidéo, une première dans ce concours. « Beaucoup de professeurs ont trouvé ma présentation géniale et sont venus me féliciter » raconte-t-elle.

Quant à Louise Judic, elle a planché sur l’orthokératologie (une technique de correction de la myopie et de l’astigmatisme grâce à des lentilles rigides, essentiellement utilisée dans les pays anglo-saxons), un sujet encore peu connu du public qui lui a valu la 3e place du classement.

Un séjour convivial propice aux échanges

Des speed meetings avec des opticiens ont permis aux étudiants d’approfondir leur connaissance du métier et d’agrandir leur réseau professionnel.

Entre virée à ski, balade en raquette, dîner dans un restaurant d’altitude, les participants ont également profité des sports d’hiver. Dans un cadre idyllique propice à la détente et à la convivialité, les étudiants ont bénéficié de moments d’échanges privilégiés avec des acteurs de l’optique tout au long du séjour.

« Chacun pouvait discuter librement de son expérience et de ses projets avec des opticiens » déclare Émeline Liévin. Louise Judic en garde un souvenir très riche à la fois au plan humain et professionnel avec « de belles rencontres et du partage ». « L’ambiance était géniale. Krys Group est une super famille très soudée » renchérit Éloïse.

Toutes les trois remercient Krys Group et l’ISO de leur avoir donné l’opportunité de vivre cette « expérience exceptionnelle et inoubliable ».

>> Lire l’article sur le site de l’ISO

Concours FORCE de CooperVision : les étudiants de l’ISO sur le podium

Initié par CooperVision en 2013, le concours Future Ocular Research Creativity Event (FORCE) propose chaque année aux étudiants de 3e année des écoles et universités européennes d’optométrie de mener une étude portant sur la contactologie en lentilles souples. Lors des deux précédentes éditions, Mehdi Yahiani et Benoît Pelatan, étudiants en Licence Professionnelle d’Optique respectivement à l’ISO Lille et Bordeaux, ont fini parmi les premiers dans le classement européen.

Après Alexandre Meslé, étudiant à l’ISO Bordeaux qui a représenté la France en 2013, Benoît Pelatan et Mehdi Yahiani ont fait briller les couleurs de l’ISO durant les 2 dernières éditions du concours FORCE, organisé chaque année par le laboratoire CooperVision.

Cette compétition, qui a lieu chaque année entre septembre et mars, voit s’affronter des étudiants en optométrie issus de tous horizons à travers une présentation de leur étude devant un jury de professionnels européens.

La meilleure étude est sélectionnée au niveau national selon des critères de pertinence du sujet, d’analyse des résultats et de protocole utilisé. Le lauréat est alors appelé à représenter son pays lors de la finale européenne, qui se tient depuis 2 ans au Centre d’Innovation CooperVision à Budapest, et qui permet d’élire l’étudiant FORCE CooperVision de l’année.

Édition 2016 : l‘ISO Lille en force

Mehdi Yahiani, étudiant à l’ISO Lille en Licence Professionnelle d’Optique, a remporté la première partie du concours et représenté la France lors de la finale européenne, le 16 avril dernier.

Son étude, qui portait sur le contrôle de la myopie grâce aux lentilles de contact souples, sera publiée dans le prochain numéro de La Revue d’Optométrie (LRO) de l’Association des Optométristes de France (AOF), à paraître au mois de juillet.

« Cette épreuve orale, en anglais, devant un jury de professionnels et une cinquantaine de personnes a été un vrai challenge » raconte le jeune homme, diplômé d’un BTS OL et d’une Licence Professionnelle d’Optique à l’ISO. « Grâce aux rencontres et aux nombreux échanges avec mes collègues européenscette expérience m’a donné envie de poursuivre ma spécialisation en contactologie ».

Mehdi présentera cette étude lors de l’édition 2017 du Congrès d’Optométrie et de Contactologie (COC), qui réunit chaque année de célèbres orateurs nationaux et internationaux.

Il s’envolera bientôt pour la Chine où il a décroché un contrat d’un an pour enseigner le métier d’opticien. Et s’il choisit de rentrer en France à l’issue de son séjour, Mehdi pense poursuivre en Master Biologie Santé spécialité Sciences de la Vision à l’Université d’Orsay – Paris Sud.

Un étudiant de l’ISO Bordeaux à la 3e place de l’édition 2015

Parmi les membres du jury de cette année figurait Benoît Pelatan, ancien étudiant en Licence Professionnelle d’Optique à l’ISO Bordeaux, qui s’était lui-même qualifié à la 3e place du classement européen en 2015.

Son étude – l’influence de la dominance oculaire de loin (versus de près) sur le succès de l’équipement en lentilles souples multifocales – avait alors suscité un vif intérêt de la part des membres du jury. Benoît est lui-même intervenu lors du dernier COC en janvier 2016 pour présenter ses travaux.

Benoît jongle désormais entre le Master Biologie Santé spécialité Sciences de la Vision à l’Université d’Orsay et son poste de responsable d’un magasin indépendant créateur à Pau.

Avec de belles opportunités à la clé, sa participation au concours FORCE :

  • lui a ouvert les portes d’une collaboration avec le laboratoire CooperVision, qui a notamment publié son étude via le site de La Revue d’Optométrie ;
  • lui a fait découvrir « un milieu passionnant et stimulant » dont il ne soupçonnait pas l’existence – celui de la recherche en contactologie ;
  • l’a fait connaître et reconnaître de ses pairs ;
  • a consolidé son projet professionnel : une fois diplômé du Master, Benoît compte s’orienter vers la recherche en contactologie, dans un laboratoire de lentilles de contact.

« Je souhaiterais remercier les enseignants de l’ISO qui ont su me transmettre la passion de l’optique et m’ont encouragé à participer à ce concours » conclut le jeune homme.

> Plus d’infos sur le concours FORCE de CooperVision

> En savoir plus sur le parcours de Mehdi Yahiani

> En savoir plus sur le parcours de Benoît Pelatan

> Lire l’article sur le site de l’ISO

Tous connectés !

Les étudiants seine-et-marnais ont du talent. Deux de leurs projets viennent d’être récompensés pour leur caractère tout à la fois technologique et innovant.

La livraison de colis par drone ? C’est le projet d’Hadrien Busieau et Thomas Denner, ingénieurs de l’École des Ponts Paris Tech, lauréats 2015 du concours “Tous connectés” en Seine-et-Marne.

Ce dispositif soutenu dans le département par l’Université Paris Est et PEPITE 3EF (Entrepreneuriat Etudiant dans l’Est Parisien) vise à promouvoir des projets technologiques et innovants portés par des jeunes étudiants. Autres lauréats parmi les sept projets en concours le 18 juin dernier à l’UPEM, Thomas Bardoux (UPEM) et Hélène Chu (CNAM) pour “Signo”, coup de cœur du public, un lecteur de musique audio-connecté aux téléphones portables.

Le jury a également souligné la qualité du projet d’Anaïs Kali : Monpetitbalcon.fr, plateforme collaborative pour citadins jardiniers en herbe et amoureux de cuisine. Les
lauréats pourront défendre leur projet pour obtenir le statut d’étudiant- entrepreneur par le biais du comité PEPITE 3EF qui instruira la demande pour le compte du Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Retrouvez l’article dans le magazine Trajectoires #41

Trajectoires est le magazine du Conseil départemental de 
Seine-et-Marne (77).