Pauline Ghesquier, 24 ans, opticienne : comment je contribue à la santé visuelle dans le monde

Après son Bac S, Pauline Ghesquier s’oriente vers un cursus optique en alternance. Au cours de sa formation, elle se découvre une passion pour l’aide humanitaire au profit de la santé visuelle dans le monde. À 24 ans, elle est aujourd’hui diplômée du BTS Opticien-Lunetier, d’un bachelor de management et d’une licence d’optique, en poste dans un magasin indépendant du Nord de la France. Rencontre avec une opticienne engagée.

Pauline Ghesquier a découvert l’humanitaire en 2015, mue par le désir de se mettre au service des autres. Après une première mission au Sénégal et une deuxième au Cambodge, elle travaille désormais sur un projet de lunettes recyclées en France, en parallèle de son poste d’opticienne en magasin.

« Ces deux expériences humanitaires ont été des périodes inoubliables qui m’ont permis d’échanger avec les populations locales et de les aider à améliorer leur santé visuelle. Leur sourire est ma plus grande source de joie », raconte-t-elle.

« Ma première mission humanitaire au Sénégal a été une expérience magique »

Ayant à cœur d’entrer rapidement sur le marché du travail, Pauline opte en 2012 pour le BTS Opticien-Lunetier en alternance à l’Institut Supérieur d’Optique de Lille pour devenir opticienne. Formant peu à peu le projet d’ouvrir son propre magasin, elle se spécialise en management avec le Bachelor de Manager en Optique à l’ISO Paris pour acquérir des compétences en gestion. « Ce cursus est génial ! J’ai passé une année extraordinaire entourée de personnes qui veulent changer le monde de l’optique. »

Puis, Pauline enchaîne les remplacements pour acquérir un maximum d’expérience dans différents magasins d’optique, « uniquement des petites boutiques qui valorisent le service et la proximité », précise-t-elle. Ayant à cœur d’apporter son aide aux personnes dans le besoin, elle devient membre de l’association humanitaire Peuples Humana.

Première opticienne à intégrer l’association, Pauline participe à une mission au Sénégal du 13 au 27 février 2016. Elle réalise 240 examens de vue dans 2 villages de Casamance, au sud-ouest du pays, et offre à la population locale une correction adaptée.

Elle est accompagnée par 13 autres bénévoles (médecins traitants, infirmières, aides-soignantes…) chargés des consultations médicales et des séances de sensibilisation au lavage des mains, des dents et à la contraception dans les écoles et collèges.

« J’ai aidé une fillette à rester scolarisée »

Son meilleur souvenir durant sa mission ? Sa rencontre avec une sénégalaise de 12 ans qui s’apprêtait à abandonner l’école en raison de ses problèmes de vue. Grâce à un examen de vue et une correction adaptée, Pauline a aidé cette fillette à reprendre le chemin de l’école. « J’ai eu le sentiment de l’avoir « sauvée”, cela m’a rendue heureuse. Lors des missions, on reçoit bien plus que ce que l’on donne », souligne-t-elle.

« Le sourire des petits cambodgiens a été ma plus belle récompense »

Encore plus motivée par sa soif d’apprendre de nouvelles connaissances en optométrie et en contactologie, elle opte pour la Licence Professionnelle d’Optique à l’ISO Lille où elle est admise en septembre 2016 et dont elle ressort diplômée deux ans plus tard. « Au lycée, je voulais faire des études courtes. En définitive, j’aurai fait 5 années d’études », dit-elle dans un éclat de rire. « Pour être en mesure de délivrer des conseils adaptés en santé visuelle, tout opticien devrait suivre ce cursus », estime-t-elle.

Sollicitée par une responsable pédagogique de l’ISO Lille avec l’association Les yeux des écoliers, elle part au Cambodge du 10 au 18 février 2019, portée par sa fibre altruiste et son goût du voyage. Sa mission consiste à contrôler la vision d’enfants cambodgiens entre 3 et 15 ans et leur proposer des lunettes adaptées à leur vue, aux côtés de trois étudiants en 2e année à l’Institut Supérieur d’Optique. « Ces enfants ont une joie de vivre extraordinaire et se satisfont de peu. C’était magique de voir tous ces sourires. Je suis rentrée le cœur léger », raconte-t-elle.

« Je suis heureuse de pouvoir concilier mes 3 passions : l’optique, l’humanitaire et les voyages »

Engagée pour la santé visuelle dans le monde, Pauline travaille également les lundis et mardis sur un projet de lunettes recyclées dans les universités de Lille. L’objectif : récupérer des lunettes non-utilisées auprès des étudiants pour pouvoir les revendre en seconde main en magasin. Une première.

« Après ces deux missions, j’ai encore plus envie de donner accès aux soins optiques aux personnes dans le besoin », déclare Pauline, désormais passionnée d’humanitaire. « J’ai reçu une excellente formation à l’ISO. Les enseignants – passionnés et ayant à cœur de nous transmettre leurs connaissances – y sont pour beaucoup ! »

> Retrouvez l’article sur le site de l’ISO

L'Institut Supérieur d'Optique forme depuis 30 ans les experts des métiers de la vision.

Association SOLEO : vers un accès aux soins optiques pour tous

Mission humanitaire SOLEO

Créée en 2014 par Marine Avont, opticienne diplômée et ancienne étudiante de l’ISO Lyon, l’association SOLidarité Étudiant Optique (SOLEO) mène des projets d’optique dans un but humanitaire. Avis aux fournisseurs, aux investisseurs et aux étudiants : SOLEO a besoin de vous !

Gérée par des étudiants de l’ISO Lyon, l’association SOLEO vise à « faciliter l’accès aux soins en matière de dépistages visuels et d’équipements optiques dans des espaces non pourvus d’une action qualitative ».

En 2014 et 2015, deux missions ont été menées au Maroc, dans des zones isolées où les habitants n’ont pas accès aux soins, grâce à la participation de 20 étudiants et professeurs accompagnants. Au programme :

  • des examens de vue,
  • la constitution de fiches pour chaque patient,
  • la commande des montures,
  • le montage par les élèves de 2ème année dans les ateliers de l’ISO,
  • la livraison des équipements lors d’un second voyage.

Lors de leur 2e mission, les étudiants ont effectué 858 examens de vue en 15 jours et ont apporté un équipement optique à 613 personnes. Des centaines de cas de cataractes ont été également décelés.

Le soutien des partenaires

Rien n’aurait été possible sans le soutien des associations locales, qui ont mis à leur disposition des locaux, des traducteurs, des outils de mesure, ainsi qu’un hébergement.

SOLEO a également pu compter sur la générosité de ses partenaires pour leur fournir des équipements optiques : Essilor pour les verres, Apside, Codir, SEAPORT et Opal pour les montures, mais aussi l’ISO pour la mise à disposition des ateliers lors de l’étape du montage et l’accompagnement de professeurs. Cette année, l’association souhaite élargir son cercle de partenaires.

L’association prévoit par ailleurs de récolter des fonds par le biais d’une campagne de crowdfunding, mais aussi de la vente :

  • de photos de classes,
  • de gâteaux lors du concert des 20 ans de l’ISO Lyon le 30 avril 2016,
  • de lunettes solidaires Made in ISO bientôt disponibles à la vente.

Destination Arménie et Tunisie

Cette année, changement de cap pour SOLEO ! Deux voyages sont prévus en Arménie et en Tunisie, en juillet et en août. Petite nouveauté : les élèves souhaitent désormais proposer des solaires aux populations, en plus des lunettes correctrices.

SOLEO envisage par ailleurs de mener à bien des projets humanitaires avec d’autres associations du secteur paramédical (dentaire, kinésithérapeute, etc.). A suivre…

> Pour rester informé de toute l’actualité de l’association, rendez-vous sur la page Facebook SOLEO

> Vous avez envie de vous engager dans un projet humanitaire ? Découvrez une autre initiative solidaire avec l’association Namaste Enfants d’Himalaya : Association Namaste

> Découvrez également les projets de l’association Laophtalmo

> Lire l’article sur le site de l’ISO

Une mission humanitaire de formations et de consultations ophtalmologiques au Népal

Mission ophtalmologique au Népal

Créée en 2006, l’association Namaste Enfants d’Himalaya vient en aide aux populations défavorisées – et en particulier aux enfants – du Népal. Elle soutient des initiatives impulsées par des orphelinats et des écoles dans l’ensemble du pays :

  • construction d’un centre éducatif et mise en place d’une formation de couture pour les femmes dans la région de Supauli, à la frontière de l’Inde,
  • édification d’un pont aux abords du mont Everest,
  • fourniture de matériel spécialisé pour les enfants atteints de handicap dans la région de Katmandou…

Fort d’une centaine de membres bénévoles, l’association accompagne actuellement une dizaine de projets.

En 2010, lorsque Roshan Pun – Coordinateur de l’association, alors assistant ophtalmologiste au Népal – débarque en France, il a en tête un objectif clair : engranger le maximum de connaissances à l’ISO afin de pouvoir les transmettre aux professionnels de son pays natal. « Le diplôme népalais d’opticien ne requiert que peu de connaissances et s’obtient au terme d’une formation de seulement 3 mois » explique Roshan. Sans connaître un seul mot de français à son arrivée, il décrochera 4 ans plus tard son BTS Opticien Lunetier à l’ISO Nantes, où il fait la connaissance de Chloé et de Stanislas, 2 étudiants français. Ensemble ils partiront 5 ans plus tard dans le cadre de la mission au Népal.

Initié en 2013 par des formations en optique et des consultations ophtalmologiques dans les écoles de la région ouest du pays, le projet s’est poursuivi en 2015 grâce au soutien – financier et moral – de l’ISO, ainsi que d’autres partenaires de l’association. L’objectif est double : former le personnel médical du Lumbini Eye Institute, l’un des plus grands centres de soin oculaire situé au sud du pays, et assurer des consultations ophtalmologiques dans des villages isolés du Népal.

« La formation aux techniques d’optique était destinée au personnel soignant du Lumbini Eye Institute et à celui de l’hôpital de Palpa – opticiens, ophtalmologistes, assistants ophtalmologistes et optométristes » indique Roshan. Au programme : enseignement des connaissances optiques élémentaires dont les différents types de verre et la prise de mesure, mais aussi distribution de manuels, de montures, d’outils et d’appareils optiques.

En partenariat avec l’hôpital de Palpa, l’équipe a également mené des consultations dans 3 villages très isolés au centre du Népal (Jhirubas et Palpa) afin de traiter les personnes souffrant de troubles de la vue. La mission vise à dépister des maladies oculaires et des cas de cataracte – dont l’opération équivaut à un mois de salaire au Népal (entre 30 et 50 euros). En 2 jours, avec l’aide de praticiens locaux, ils ont :

  • assuré 286 consultations dans les 2 villages,
  • décelé 45 cas de cataracte au total,
  • équipé 60 % des personnes consultées en lunettes,
  • délivré un traitement oculaire à 80 % des personnes présentes.

L’association a également financé 45 opérations de la cataracte avec implant, 5 ptérygions et 1 chalazion.

Pour Chloé et Stanislas, devenus tous deux opticiens-optométristes dans un magasin d’optique dans l’ouest, l’expérience a été enrichissante à tout point de vue : « Une immersion dans un pays où nous n’avons pas rencontré un seul Européen, les consultations en népalais (avec Roshan qui jouait le rôle d’interprète), la découverte d’une autre culture et de techniques optiques ancestrales et l’extrême générosité des Népalais sont autant de souvenirs uniques scellant des liens forts avec ce pays et ses habitants ». Mariant leur goût du voyage à leur passion pour l’optique, Chloé et Stanislas ont tout de suite eu à cœur de participer à cette aventure « avant tout humaine ».

« Lors de tous nos déplacements, les Népalais nous répétaient : « Il faut revenir, il faut revenir ». « Bien sûr que nous y retournerons ! », s’enthousiasme Chloé. Pour l’heure, ils envisagent des voies différentes : la jeune femme, également en dernière année de Master Ingénierie de la Vision à la faculté d’Orsay, hésite entre l’enseignement – pour pouvoir « transmettre ses connaissances » – et le travail en laboratoire ou en cabinet d’ophtalmologie. Quant à Stanislas, il espère d’ici quelques années occuper un poste à responsabilité dans un magasin d’optique. « A côté de cela, nous comptons bien sûr nous impliquer encore davantage dans les futurs projets de l’association ».

Pour en savoir plus sur l’association Namasté Enfants d’Himalaya, rendez-vous sur leur site internet asso-nepal.com et leur page Facebook.

Lire l’article sur le site de l’ISO