Tous connectés !

Les étudiants seine-et-marnais ont du talent. Deux de leurs projets viennent d’être récompensés pour leur caractère tout à la fois technologique et innovant.

La livraison de colis par drone ? C’est le projet d’Hadrien Busieau et Thomas Denner, ingénieurs de l’École des Ponts Paris Tech, lauréats 2015 du concours “Tous connectés” en Seine-et-Marne.

Ce dispositif soutenu dans le département par l’Université Paris Est et PEPITE 3EF (Entrepreneuriat Etudiant dans l’Est Parisien) vise à promouvoir des projets technologiques et innovants portés par des jeunes étudiants. Autres lauréats parmi les sept projets en concours le 18 juin dernier à l’UPEM, Thomas Bardoux (UPEM) et Hélène Chu (CNAM) pour “Signo”, coup de cœur du public, un lecteur de musique audio-connecté aux téléphones portables.

Le jury a également souligné la qualité du projet d’Anaïs Kali : Monpetitbalcon.fr, plateforme collaborative pour citadins jardiniers en herbe et amoureux de cuisine. Les
lauréats pourront défendre leur projet pour obtenir le statut d’étudiant- entrepreneur par le biais du comité PEPITE 3EF qui instruira la demande pour le compte du Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Retrouvez l’article dans le magazine Trajectoires #41

Trajectoires est le magazine du Conseil départemental de 
Seine-et-Marne (77).

Les dronies dans l’air du temps

Le dronie est la nouvelle tendance qui fait fureur sur le web. Initialement conçu pour les forces armées et la sécurité, le drone est désormais une technologie à portée de tous. Vertige devant l’infiniment grand…

Le selfie est mort : vive le dronie !

Il fut un temps où l’on prenait des selfies avec un simple smartphone. Désormais, c’est un appareil volant télécommandé et sans pilote – le drone – qui nous tire le portrait. Venu tout droit des Etats-Unis, le dronie est la tendance vidéo du moment. Ajoutant une dimension esthétique et dramatique nouvelle aux selfies, cet autoportrait aérien donne à voir les individus en plan serré, puis le décor environnant par l’effet d’un « zoom out ».

Ce phénomène de grande ampleur offre une large palette de points de vue : d’aucuns se placent au sommet d’une montagne, d’autres, à la fenêtre d’un gratte-ciel, d’autres encore, en pleine nature, sans oublier les space selfies, caractérisés par une trajectoire inverse, débutant dans l’espace et s’achevant sur un plan rapproché de l’individu. Spectaculaire !

La paternité du terme dronie revient à Alexandra Dao, salariée du site de vidéos Vimeo, qui, sans être à l’origine du concept, a lancé la toute première chaîne consacrée au phénomène.

Comment expliquer cet engouement ?

Mieux qu’un selfie pris dans sa salle de bain, le dronie offre l’émotion devant un paysage à couper le souffle, le vertige devant l’immensité.

Sans compter qu’avec la démocratisation des drones, tout un chacun peut désormais s’offrir ce robot initialement réservé aux forces armées et à la sécurité (il faut compter une soixantaine d’euros pour les premiers modèles et jusqu’à 600 euros environ pour les modèles plus sophistiqués).

Faute de drone, on pourra opter pour un « Gimbal », qui servira de support à vos iPhone et GoPro pour un résultat similaire. Le dronie serait-il finalement un moyen de prendre de la hauteur sur soi ?