Témoignage de Léa Delaye, étudiante à l’ISO Paris partie en stage à Sydney

Mon stage à l’étranger m’a permis de mûrir mon choix d’orientation professionnelle et de relever un challenge personnel.

Au terme de ma première année de BTS Opticien-Lunetier à l’ISO Paris, je suis partie 6 semaines en stage dans un magasin créateur à Sydney, grâce aux contacts de l’ISO. Mes motivations ? Pratiquer mon anglais, découvrir le système de santé australien et voyager, mais aussi me mettre au défi à titre personnel.

Durant cette toute première expérience en magasin d’optique, j’ai alterné mes missions entre la vente (principalement l’accompagnement des clients dans le choix de leur monture et de leurs verres – ma mission préférée) et l’atelier. J’ai eu la chance de travailler dans un magasin équipé d’un atelier, ce qui est rare en Australie.

Mon stage s’est déroulé dans d’excellentes conditions : le magasin proposait des montures magnifiques, dont un grand nombre de marques françaises de créateurs comme Anne et Valentin ou Lucas de Staël. Mes collègues et mon maître de stage se sont montrés très accueillants, et les clients adorables. Les Australiens sont très ouverts et aiment beaucoup la France. Les profils d’opticiens français sont très recherchés en Australie.

J’ai découvert que le diplôme d’opticien australien est très différent du diplôme français : les opticiens – appelés optical dispensors – sont formés à la vente mais pas à l’optométrie ni à l’atelier (auquel une autre personne est dédiée). Au sein du même magasin, les clients passent des mains de l’optométriste à celles de l’opticien.

J’ai également profité de ce séjour en Australie pour faire quelques visites touristiques : j’ai notamment visité Sydney, découvert de sublimes plages de sable blanc et me suis émerveillée dans le parc national des Blue Mountains, à 2h de Sydney.

Ce stage à l’étranger est un plus sur mon CV. Il m’a permis de progresser dans ma maîtrise de la langue, en particulier sur les termes techniques de l’optique, prendre de l’avance sur la 2e année de BTS et découvrir de belles marques de créateurs. Très satisfait de mon travail, mon maître de stage m’a même proposé de m’embaucher à la fin de mes études !

J’ai relevé mon défi personnel en sortant de ma zone de confort, mais aussi gagné en ouverture d’esprit et en confiance en moi. Si c’était à refaire, je repartirais sans hésiter. Avant de postuler, je ne me suis pas beaucoup posé de questions, j’ai foncé : c’est une belle opportunité à saisir !

L’an prochain, j’aimerais poursuivre mon cursus en Bachelor de Manager en Optique dans l’idée d’ouvrir un jour mon propre magasin.

> Lire le témoignage sur le site de l’ISO

L'Institut Supérieur d'Optique forme depuis 30 ans les experts des 
métiers de l’optique.

Clémence SERVASIER, de retour de stage à Bruxelles, ISO Bordeaux

« Un stage à l’étranger est un atout à valoriser sur un CV. »

Grâce à mon expérience de stage chez Kinto près de Bruxelles avec le programme de mobilité Erasmus +, j’ai confirmé mon projet de travailler dans un atelier de design et développé mes compétences en création lunettière.

Passionnée par la création de lunettes, Clémence Servasier prépare le diplôme du Bachelor de Lunetier Créateur à l’ISO Bordeaux. Lors d’un stage de fin d’études de 2 mois en Belgique, elle a vécu le quotidien d’un designer chez Kinto. Cette expérience à l’étranger lui a permis de développer son talent créatif avec le design de sa propre monture pour la nouvelle collection de la marque belge, et de découvrir la création lunettière dans un environnement différent.

« Après mon Bac S, je me suis orientée en fac de biologie mais, insatisfaite dans cette voie, j’ai décidé d’intégrer directement le marché du travail. Durant cette pause d’un an, je me suis intéressée au métier d’opticien dont la polyvalence et toutes les facettes – vente, atelier, dimension paramédicale… – m’attiraient. Je me suis inscrite en BTS Opticien-Lunetier à La Rochelle. Mon envie de me lancer dans la création s’est affirmée lors d’un stage de 15 jours dans la boutique familiale de Sabine Be. Cette designer m’inspire beaucoup. J’ai alors commencé à dessiner mes premières lunettes, avec une prédilection particulière pour les modèles atypiques.

Puis, contrainte à redoubler ma 2e année de BTS OL, j’ai postulé à l’ISO Bordeaux pour mettre toutes les chances de mon côté. Le fruit de mes recherches était en effet sans appel : l’ISO a une excellente réputation, proposant des cours de haut vol et affichant des taux de réussite élevés aux examens. Après avoir décroché le précieux diplôme d’opticien, j’ai réussi à intégrer la formation du BLC. Ce cursus correspondait en tous points à mes attentes et m’a beaucoup appris, en particulier sur le logiciel Illustrator, outil quotidien du créateur lunettier, et en matière de design d’espace.

Pour mon stage d’études, je me suis rendue au SILMO pour distribuer un maximum de cartes de visite. Parmi plusieurs propositions, la marque belge Kinto m’ouvrait les portes de son petit atelier bruxellois. J’ai tout de suite accepté l’invitation : un stage à l’étranger, c’est une super opportunité et un atout à valoriser ensuite sur un CV !

Grâce au programme de mobilité Erasmus +, j’ai participé durant 2 mois à la création de la collection femmes de Kinto, qui se distingue par des détails élégants et tend vers le haut de gamme. J’ai moi-même créé un modèle qui fera partie intégrante de la collection et travaillé sur le choix des couleurs pour d’autres modèles. J’ai également travaillé sur le design des étuis et sur la création des supports de publicité pour la collection femmes sur le lieu de vente. Cette expérience m’a permis de découvrir le quotidien d’un créateur dans un bureau de design à Bruxelles, d’apprendre à connaître les attentes de leur cible, mais aussi au plan personnel, de vivre dans la capitale belge. J’ai apprécié l’ambiance à l’atelier, tout comme le travail en équipe et les réunions quotidiennes avec les designers. J’en ressors grandie !

Si j’en avais les moyens, je lancerais tout de suite ma propre marque de lunettes ! En attendant, je cherche un poste dans un bureau de design pour la rentrée prochaine. Je fais également de la photographie en noir et blanc, mon autre passion. Je partage mes créations sur mon compte Instagram (noireblanc17), qui est suivi par un certain nombre de créateurs. Ce réseau social est pour moi une grande source d’inspiration. Je conseille à tous les futurs étudiants en BLC d’y suivre leurs designers préférés.

Mes 2 années passées à l’ISO ont été très enrichissantes et formatrices : les équipes pédagogiques sont géniales et en tant que passionnée de création, j’ai pris beaucoup de plaisir à suivre le cursus du BLC ! Bon anniversaire à l’ISO !

> Retrouvez l’article sur le site de l’ISO

L'Institut Supérieur d'Optique forme depuis 30 ans les experts des métiers de la vision.

De la thèse de physique au BTS Opticien : story d’une réorientation réussie

« Un métier dans lequel je pouvais allier conseil, soin, travailler de mes mains et rester dans un milieu scientifique? Cela me paraissait trop beau pour être vrai ! »

Ancienne étudiante en thèse de physique, Jessica Loras s’est réorientée vers l’optique par goût pour le contact humain et le travail pratique.

« J’ai suivi un parcours scientifique classique, avec un Bac S, puis une Licence et un Master de Physique à l’Université de Toulouse. Ensuite, j’ai fait deux premières années de thèse pendant lesquelles je donnais des cours en parallèle à l’université. J’ai notamment enseigné l’optique sous forme de travaux pratiques à des étudiants en Licence de Physique.

Pendant ma thèse, je travaillais beaucoup sur ordinateur et me sentais isolée, c’était frustrant. Ce qui me manquait : le contact humain et un travail plus manuel. J’ai donc démissionné. J’ai enchaîné les petits boulots et continué à donner quelques cours particuliers.

C’est au hasard d’une conversation avec une connaissance qui était en formation d’optique que j’ai découvert le BTS Opticien-Lunetier. J’ai tout de suite eu le déclic. L’optique me permet de rester dans un secteur scientifique innovant, de constamment me former (nouveaux verres, nouveaux traitements, etc) et d’assouvir ma curiosité.

Durant mes recherches, l’ISO s’est tout de suite imposé de par son excellente réputation. J’ai alors participé aux journées portes ouvertes de l’ISO Toulouse où j’ai été été accueillie à bras ouverts. J’ai eu un véritable coup de cœur pour la formation – tournée vers la professionnalisation –, mais aussi pour le métier et l’équipe pédagogique très chaleureuse. Je m’y suis tout de suite sentie comme dans une famille.

Lors de ma formation à l’ISO, j’ai découvert toutes les facettes du métier : on nous enseigne la technicité, mais aussi la précision et la polyvalence, on nous fait connaître les produits et on nous incite à être créatif et débrouillard.

De plus, l’encadrement et la pédagogie y sont excellents. J’ai eu à l’ISO quelques-uns des meilleurs enseignants que j’ai eus au cours de mon parcours scolaire et universitaire. L’équipe pédagogique est très impliquée pour notre réussite.

Je suis passionnée par la santé visuelle : une fois diplômée du BTS, je souhaite poursuivre en Licence Professionnelle d’Optique.

Avant de me réorienter, j’avais des appréhensions liées notamment à la différence d’âge, mais elles se sont rapidement dissipées car les enseignants sont très réceptifs et j’ai de très bons contacts avec mes camarades de promo – l’âge est tellement secondaire par rapport à la personnalité ! Sans compter que je ne suis pas la seule à avoir un parcours atypique.

Mes amis m’ont également beaucoup soutenue dans ma démarche de réorientation ; ils ont été pour moi un appui important. En fait, je n’ai pas eu l’impression de retourner à l’école car c’est pour moi une véritable formation professionnalisante. »

L'Institut Supérieur d'Optique forme depuis 30 ans les experts des 
métiers de l’optique.

Annabel Montari, de retour de stage à Sydney, ISO Nantes

« Après mon BTS Opticien-Lunetier et plusieurs années d’exercice dans mon propre magasin, j’ai choisi de reprendre mes études pour me spécialiser en Optométrie et Contactologie. La Licence Professionnelle d’Optique à l’ISO Nantes m’a ouvert de nouvelles perspectives professionnelles : en plus d’avoir investi dans de nouveaux équipements, je souhaite désormais travailler main dans la main avec des ophtalmologues et m’orienter vers l’enseignement. Pour moi, l’avenir est dans la spécialisation. »

« À l’obtention du BTS à Paris il y a une vingtaine d’année, j’ai pris la tête d’un magasin indépendant en Bretagne et me suis entourée au fil du temps de 2 collaborateurs. Mais il y a 2 ans, motivée par ma soif d’apprendre, j’ai décidé de reprendre mes études.

J’ai obtenu la Licence Professionnelle d’Optique à l’ISO Nantes. Durant ce cursus, j’ai complété l’équipement du magasin avec une unité de réfraction et de contactologie, ce qui m’a valu de très bons retours clients. Cette formation m’a également donné une plus grande confiance en moi.

De nos jours, il me semble indispensable de se spécialiser car chacun est susceptible d’avoir plusieurs métiers dans sa vie professionnelle. Un diplômé à bac+5 a le choix de travailler entre autres en magasin, chez un ophtalmologue ou dans l’industrie optique. Plus on élargit le champ des possibles, plus on peut être flexible et exercer un métier qui nous plaît. Ainsi, j’ai recommandé aux étudiants de ma promotion de poursuivre leur cursus jusqu’au Master.

Et pour finaliser ma reprise d’études, j’ai choisi de découvrir la pratique de l’optique à Sydney grâce au stage de 6 semaines proposé à l’ISO. Une super opportunité ! Nous avons partagé notre temps entre les cours et la pratique avec les étudiants de 4e et de 5e années, identifié les différences de prise en charge entre la France et l’Australie, et échangé sur des sujets parfois très techniques avec les enseignants.

Cette expérience très valorisante nous a fait prendre conscience de notre excellent niveau. Et quel accueil ! Les Australiens sont adorables, très à l’écoute et le campus magnifique. Au plan touristique, je garde d’excellents souvenirs de ce pays : Melbourne, l’Ocean Road, le bush, les animaux sauvages, la barrière de corail… Autant de souvenirs inoubliables !

Suite à ma reprise d’études, j’ai mis à jour mon CV en vue de nouer des partenariats avec des ophtalmologues de ma région. Je crois beaucoup dans la complémentarité entre opticiens, ophtalmologues, optométristes et orthoptistes dans notre secteur.

Désormais, il est temps pour moi de transmettre mes nouvelles connaissances à mon équipe. La transmission est en effet devenue une valeur essentielle à mes yeux, ainsi qu’une passion. Je souhaite aussi me tourner vers l’enseignement, en plus de mes fonctions en magasin. Je considère cette perspective comme un défi pour me maintenir constamment à niveau. Car si les diplômés de l’ISO deviennent des professionnels si rigoureux, c’est grâce à l’exigence et à l’excellence de leurs enseignants. »

> Retrouvez le témoignage sur le site de l’ISO

L'Institut Supérieur d'Optique forme depuis 30 ans les experts des 
métiers de la vision.

Alexandre Auffray, Diplômé du Bachelor de Manager en Optique, ISO Paris

« Le BMO m’a aidé à viser haut, à rêver grand ! »

« Après avoir obtenu mon BTS Opticien-Lunetier à l’ISO, j’ai choisi de m’orienter vers le BMO en vue de me lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Aujourd’hui opticien collaborateur dans une enseigne d’optique, je travaille sur un projet d’ouverture de mon propre magasin pour 2018.

Mon bac S en poche, j’avais pour projet d’exercer un métier du paramédical afin d’être utile aux autres. J’ai alors intégré une école préparatoire pour devenir psychomotricien. Mais le commerce me manquait – toute ma famille travaille dans ce domaine qui me passionne. L’optique s’est donc imposée comme une voie idéale qui me permet de concilier la dimension paramédicale et ma fibre commerciale.

Pour mon BTS Opticien-Lunetier, j’ai naturellement choisi l’ISO qui bénéficie d’une excellente réputation dans le secteur. Ces deux années ont été d’autant plus formatrices que je travaillais les samedis et pendant les vacances scolaires dans un magasin d’optique.

Puis, comme j’aime me challenger, je me suis mis en tête de monter mon entreprise. Ainsi, j’ai complété ma formation avec le BMO pour me donner les moyens de réussir. Cette année très riche m’a apporté la confiance qui me manquait. Des diplômés de l’ISO et jeunes entrepreneurs sont notamment venus témoigner de leur succès, du haut de leurs 23 ans. Je me suis dit : « Moi aussi, je vais y arriver ! » Le BMO m’a conforté dans mon désir d’entreprendre et m’a préparé à sauter le pas.

Quand j’ai décroché mon diplôme, j’ai été contacté par plusieurs enseignes pour devenir responsable de magasin. Mais j’ai souhaité décliner ces propositions pour me donner le temps de consolider mon projet.

Aujourd’hui, à 22 ans, je me sens prêt à ouvrir ma propre enseigne. Je suis très motivé. L’optique est un secteur passionnant et l’exercice en magasin un travail exigeant qui requiert une qualité de service optimale pour se différencier. Dans mon métier de professionnel de santé, l’accompagnement est le maître-mot.

L’ISO a été un tremplin pour ma carrière. Depuis mon premier cours de BTS jusqu’à l’obtention du BMO, j’ai ressenti la passion de nos enseignants pour l’optique et leur volonté de nous porter vers la réussite. Je leur lève mon chapeau. »

> Retrouver le témoignage sur le site de l’ISO

L'Institut Supérieur d'Optique forme depuis 30 ans les experts des 
métiers de la vision.

Clément Allard, étudiant en Bachelor de Manager en Optique, ISO Lille

« Me réorienter en BTS à la rentrée de février m’a permis de gagner une année »

« Après un premier semestre infructueux en PACES, j’ai choisi de me réorienter vers des études d’optique à l’ISO à la rentrée de février. Malgré ce changement de parcours, j’ai pu intégrer le BTS Opticien-Lunetier sans perdre une seule année d’études. »

« Insatisfait par mon premier semestre en PACES du fait de l’esprit de compétition, j’ai découvert la possibilité de me réorienter en optique dès le mois de février.

Étant fortement attiré par le secteur paramédical et par la vente, je n’ai pas hésité : l’idée de démarrer en cours d’année un cursus qui m’intéressait beaucoup et de rester dans une dynamique de réussite m’a convaincu.

Avec un peu de travail pour rattraper les acquis du premier semestre, ainsi que l’aide de mes camarades et de mes enseignants, cette rentrée en décalé m’a donné l’opportunité de gagner du temps.

En 18 mois, j’ai été très bien préparé à l’obtention du BTS Opticien Lunetier à l’ISO. J’ai beaucoup apprécié l’excellente pédagogie, les enseignants – tous des professionnels de l’optique qui étaient très à l’écoute –, ainsi que l’encadrement.

Aujourd’hui, je suis étudiant en Bachelor de Manager en Optique un cursus qui me plaît beaucoup. La fréquence des projets oraux me permet notamment d’apprendre à parler en public et d’exprimer ma personnalité.

À l’issue du BMO, je pense poursuivre ma formation en MBA Stratégies Commerciales et Marketing Optique et Santé pour continuer à développer mes compétences et mon expérience du terrain en vue d’occuper un jour un poste commercial. »

> Retrouvez le témoignage sur le site de l’ISO

L'Institut Supérieur d'Optique forme depuis 30 ans les experts des 
métiers de la vision.

Anaïs De Coster, diplômée du Bachelor de Manager en Optique à l’ISO Paris

Pour Anaïs de Coster, l’aventure de l’optique commence au lycée. Indécise sur sa voie professionnelle, la jeune femme effectue une semaine de stage en magasin d’optique suite à la recommandation de ses parents, qui avaient conscience du dynamisme du secteur. Elle y découvre un métier très polyvalent dont toutes les facettes l’enchantent : le contact avec la clientèle, la dimension de santé visuelle, l’aspect technique mais aussi créatif.

Après un bac S option biologie-écologie passé en Haute-Savoie, Anaïs de Coster se destine à un cursus d’optique. Elle obtient son BTS Opticien-Lunetier, puis s’oriente en Licence Professionnelle d’Optique en alternance, une formation qu’elle doit interrompre suite à un licenciement économique.

Forte de son BTS, la jeune femme se présente en magasin, CV en main, et décroche un poste d’opticienne à la Générale d’Optique à Clermont-Ferrand. Elle fait ses preuves et « voyage beaucoup au sein de l’enseigne ». Elle a notamment l’occasion de former de jeunes étudiants en optique dans le cadre de leur stage en entreprise. « Ces expériences m’ont donné envie d’encadrer une équipe et de transmettre ma passion pour l’optique » explique-t-elle.

L’ISO, tremplin de son parcours professionnel

Désireuse de retrouver ses valeurs – l’encadrement, la transmission et l’humain –, Anaïs décide de reprendre ses études. Elle choisit alors d’intégrer le Bachelor de Manager en Optique à l’ISO qui concilie toutes ses aspirations.

Au terme de son cursus, Anaïs décroche son diplôme du BMO et remporte le titre de Meilleur Manager ISO 2016 grâce à son projet développé en entreprise – augmenter le nombre d’abonnements en contactologie au sein de 2 magasins de l’enseigne. Il s’agit d’un contrat d’abonnement trimestriel et sans engagement de lentilles de contact, vendues à un tarif spécial et livrées à domicile, pour compléter le service en magasin. Anaïs avait pour mission de former l’équipe à la vente de cette offre, faire connaître ce produit et susciter l’adhésion des clients.

L’accélération de sa carrière

Repérée pour son potentiel prometteur, Anaïs est nommée ambassadrice régionale du groupe GrandVision, ce qui lui permet d’intervenir dans des structures pédagogiques pour présenter les débouchés, ainsi que le cadre réglementaire, du marché de l’optique. C’est également pour elle l’opportunité d’échanger avec les étudiants sur son parcours et de conforter son projet professionnel.

Poursuivant son ascension, Anaïs a récemment été promue adjointe du magasin Générale d’Optique de Bercy, à Paris« Je compte prendre le temps de gagner de l’expérience et devenir exemplaire dans mes nouvelles missions » déclare-t-elle, déterminée à relever les défis qui l’attendent. Et de poursuivre : « Par la suite, j’aimerais beaucoup évoluer vers un poste de responsable de magasin, ou bien former des collaborateurs dans des sièges sociaux, ou encore devenir enseignante dans une structure pédagogique comme l’ISO » indique-t-elle.

Ses conseils aux étudiants en optique ? « Le marché de l’optique offre de nombreux débouchés – j’en suis la preuve vivante. Prenez du recul et apprenez à rebondir quoi qu’il arrive (les efforts payent toujours…). Enfin, le plus important : prenez du plaisir dans ce que vous faites ! ». Pleine de ressources et d’ambition, Anaïs, qui mise sur sa passion et son travail pour réussir, est promise à un bel avenir.

>> Lire l’article sur le site de l’ISO

Benoît Pelatan, Etudiant en Master Sciences de la Vision, Université d’Orsay

Attiré depuis toujours par l’optique, Benoît s’est orienté vers le BTS Opticien Lunetier et la Licence Professionnelle d’Optique, et vient de finir sa 1ère année de Master Biologie Santé spécialité Sciences de la Vision. Encouragé par ses enseignants de l’ISO, il a participé en 2015 au concours FORCE de CooperVision et décroché la 3e place du classement européen. Une expérience qui lui a ouvert les portes des laboratoires en contactologie et l’a conforté dans une passion qui n’est pas près de s’éteindre.

« Après mon bac S, je me suis orienté vers le BTS Opticien Lunetier à l’ISO Bordeaux : j’ai toujours voulu travailler dans le milieu de la santé et le métier d’opticien m’attirait énormément. Durant ces 2 premières années d’études, je me suis pris d’intérêt pour les examens de vue et la contactologie.

J’ai donc tout naturellement choisi de me spécialiser en Licence Professionnelle d’Optique à l’ISO Bordeaux. Je souhaitais acquérir le plus de compétences possibles en optométrie et en contactologie pour me différencier des autres diplômés de BTS et m’assurer de pouvoir suivre les évolutions du secteur.

Mon expérience en magasin d’optique – en alternance – a confirmé ma préférence pour la dimension de santé visuelle sur tous les autres aspects du métier d’opticien. Au vu de mon intérêt grandissant pour l’optométrie, j’ai compris que cette discipline était faite pour moi.

Grâce à la qualité des cours et à l’encadrement dont j’ai bénéficié à l’ISO, mon année de Licence a été décisive dans mon parcours. Les professeurs ont su partager avec nous leur passion pour l’optique. Ils m’ont également encouragé à poursuivre ma spécialisation et à toujours donner le meilleur de moi-même.

Depuis le mois de septembre, je me déplace 2 fois par mois dans la capitale pour suivre les cours du Master Biologie Santé spécialité Sciences de la Vision à l’Université d’Orsay – Paris Sud. En parallèle, j’ai décroché un poste de responsable dans un magasin indépendant créateur à Pau. Ce mode de vie requiert un gros investissement personnel, d’autant que la charge de travail est assez importante, mais la contactologie me passionne.

En 2015, ma 1ère place au classement national du concours Future Ocular Research Creativity Event (FORCE) de CooperVision m’a permis de me mesurer à d’autres étudiants en optométrie lors la finale européenne, à Budapest. J’ai atteint la 3e marche du podium – c’est sans doute le tremplin le plus significatif de mon parcours jusqu’à ce jour.

En ouvrant la voie à de nouvelles rencontres et de nombreux projets, ce concours m’a permis notamment :

  • de découvrir le monde de la recherche, un milieu stimulant qui m’était jusqu’alors inconnu,
  • d’échanger avec des professionnels du secteur de qui je me suis fait remarquer,
  • d’être invité par CooperVision pour présenter mon étude au Congrès d’Optométrie et de Contactologie (COC) 2016,
  • de faire partie du jury de l’édition 2016 du concours FORCE,
  • et de présenter cette compétition à l’ISO Bordeaux et l’ISO Nantes.

Bilan de cette expérience positive à tout point de vue : je compte désormais travailler en laboratoire de contactologie. »

En savoir plus sur l’expérience de Benoît au concours FORCE 2015 de CooperVision

> Lire le témoignage sur le site de l’ISO